• Beast Quest

    Beast Quest

    Beast Quest est une série pour enfants de romans de médiéval-fantastique. Ecrite par un collectif d'auteurs prenant le nom d'Adam Blade, elle est éditée en France par Hachette. Le premier roman traduit est arrivé en 2008. A ce jour, il existe 43 livres et il paraissait tout à fait logique que comme de nombreuses licences à succès, Beast Quest propose quelque chose via le jeu vidéo. J'avais eu l'occasion de tester la version mobile de Beast Quest et je l'avais trouvée entraînante et intéressante. Lorsque je l'ai vu apparaître sur le catalogue Steam pour 2018, j'étais impatient de voir ce que cela pouvait donner sur PC et de pouvoir jouer à cette licence.... . Hé bien je n'ai pas été déçu, croyez-moi.

     

    Beast Quest   Beast Quest

    La carte du royaume et les premières quêtes (Fedex) 

     

    Après avoir passé 3 heures sur le jeu chez un ami, je m'arrête pour faire le bilan : Beast Quest vous propose de jouer l'élu qui doit sauver le monde Héroic Fantasy d'Avantia. Les 4 créatures gardiennes du monde ont été ensorcelées par le méchant sorcier Malvel et vous devez les libérer. Si graphiquement, l'atmosphère est plutôt candide, on se rapproche de l'esprit d'un action-RPG de type Harry Potter. Les graphismes des personnages en tous cas s'en imprègnent, même si le reste fait peine à voir. En effet, le moteur de jeu (unity 3D) est mal exploité. Il est poussif, les textures sont souvent moches et les décors sont très rares, voire pauvres. Le champ de vision est limité, des montagnes vous bordent, et on a même du clipping. C'est pas très beau, et cela reste assez basique comme graphismes 3D.

     

    Beast Quest  Beast Quest

     Oui, oui, options graphiques à fond ! 

     

    ON SE BALLADE ...

    En mode exploration, on se ballade d'un point A à un point B, d'une région, qui est composée d'un couloir étriqué. Le level design n'est donc pas folichon et manque d'inspiration. Je n'avais pas vu cela depuis la playstation 2. A noter aussi que lorsque vous sautez dans un trou, s'il est trop profond ou s'il ne fait pas partie du jeu, barrière invisible oblige, vous réapparaissez en ayant perdu un peu de vie. Tout comme quand vous tombez dans l'eau. En cas de mort, vous relancerez la partie à la dernière sauvegarde automatique.

    L'interactivité se résume à des coffres visibles sur la carte qu'il faudra ouvrir avec des clés et qui vous donneront quelques pièces d'or. Les animations si elles sont correctes, sont poussives et des temps d'arrêt interviennent dans les changement de positions ce qui rend le jeu haché. Par exemple, pour passer sous un rocher, le personnage s'arrête en pleine course et se met en position courbé pour avancer de manière saccadée. Je ne vous parle pas du saut qui donne l'impression que son personnage vole les jambes pliés. Le gameplay est peu varié et les indices sont partout, tels ces arbres fluorescents qui n'attendent que vous pour les couper. Enfin les touches ne répondent pas toujours ou ont un temps de latence et pour ouvrir certains coffres ou pousser des blocs de pierres pour passer à des endroits plus élevés, vous vous y prendrez plusieurs fois, croyez moi! L'exploration se résumera donc généralement à rencontrer des créatures qui respawnent dès que vous quittez la région. Par paquet de 1 à 3, dès que vous vous approchez, vous passez en mode combat.

     

    Beast Quest   Beast Quest

    Des combats presque dynamiques et gain d'un loot de fou !

     

    ON FRAPPE !

    Dans ce mode, il y a du mieux avec cette particularité de pouvoir éviter en se penchant à gauche ou à droite selon l'attaque de l'ennemi, ou de parer avec son bouclier. Tout ici est question de timing. Cela sonne plutôt juste même si on sent bien que le jeu est fait pour les plus jeunes avec des ennemis qui attaquent avec une certaine lenteur. On aurait aimé à un niveau de difficulté supérieure -il y en a trois- et un peu plus de rapidité. Mais parfois on regrettera une nouvelle fois ce manque de réactivité des touches qui ne répondent pas ou alors avec un temps de latence, comme si les actions étaient pré-enregistrées avec des micro-coupures. Cela se ressent surtout contre les boss avec l'impression par moment de ne rien contrôler. Qu'est ce que c'est que ce portage ? Et puis rajoutez à cela le clavier QWERTY qu'il faudra reconfigurer hors du jeu si vous avez un clavier AZERTY. Réjouissant non ?! 

    De votre côté, on peut frapper avec une attaque puissante ou rapide, combiner les deux, ou encore tenir appuyer plus longtemps la touche pour maximiser la puissance de l'attaque. Bien sûr, on pourra utiliser ses compétences acquises pour faire des attaques d'éléments à condition d'avoir de l'énergie ou encore utiliser l'attaque puissante de ses compagnons activable par moment. Cette partie du jeu est intéressante et permet de gagner de l'or, des fioles et des points d'expérience qui permettront d'augmenter les 24 compétences possibles upgradables de 1 à 3 niveaux chacune. A la fin du combat, on retourne alors en mode exploration.

    Si on trouve des feux de camp, le jeu sauvegardera automatiquement en vous redonnant votre maximum en vie. Ils permettront aussi de se téléporter de l'un à l'autre pour gagner du temps. Les lieux habités proposent des PNJ inertes qui font plus statues qu'autres choses. Certains vous proposeront des quêtes FEDEX (apporter, trouver, chercher) et qui montrent très vite les limites du jeu et de son immersion. Maintenant, si vous vous accrochez au jeu, sachez qu'il n'y a pas de personnalisation du héros, donc j'imagine que la rejouabilité en sera forcément affectée et vous devrez faire sans. 

     

    Beast Quest  Beast Quest

    Un PNJ qui fait la gueule et un dragon qui ne va pas tarder à l'ouvrir...

     

    ON SE BARRE!

    Après deux heures de jeu, je n'ai trouvé aucun équipement, pas même de marchands dans les deux lieux habités par des PNJ en mode zombis; juste les clefs indiquées sur la carte pour ouvrir les coffres. Le jeu est très orienté console (point de sauvegarde automatique, slot de sauvegarde en début de partie, facilité pour jouer avec une manette), ce qui tend à penser que c'est un portage de téléphone portable sur console, puis porté sur PC. Pas de bugs majeurs d'après ce que j'ai pu entrevoir en ce début d'aventure, mais des bugs graphiques... L'audio reste correct même si répétitif; mais au moins, on a le plaisir de lire des sous-titres en français plutôt corrects.

    Du coup, pourquoi l'avoir testé chez un ami ? Tout simplement à cause du prix et du peu de tests déjà sortis sur le net. 40 euros ! A ce prix là, on était en droit d'attendre une production de qualité. Si vous avez l'occasion, faites pareil...

     


     Beast Quest n'est pas franchement folichon sur PC. Avec son univers heroic fantasy candide, il s'adresse avant tout aux jeunes joueurs. S'ils ne sont pas difficiles, ils pourront éprouver un petit plaisir avec les combats, mais sur PC, ce portage foireux risque de les rebuter rapidement. Un portage consolesque, sur lesquelles il sort aussi, et qui a été porté sur pc on dirait. Et à quel prix vu sa finition  : 40 euros! Offrez-le à votre enfant, mais ne tentez pas l'expérience car vous risquez de regretter votre achat. Si réellement vous voulez y jouer, attendez qu'il soit à moins de 5 euros ou alors penchez-vous sur la version android pay to win ! Pour ma part, extrêmement déçu, je m'attendais à un Kingdom of Amalur, j'ai eu un vieux action-RPG asthmatique pour jeune....


     

     Les +

     

     Les -

     

     

    + Mode combat.
    + Sous-titré français.
    + Licence Beast Quest.
    - Graphisme, level design, animations...
    - Mode exploration.
    - Univers pauvre.
    - Portage Limité.
    - Le prix !
    - Maniement difficile.

     

    Le trailer officiel sur console. 


     

    Il est interdit de reproduire totalement ou partiellement des éléments de ce texte sans l'autorisation de son auteur. 

     

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :