• Cyberpunk 2077, Histoire et architecture

    Cyberpunk 2077, Histoire et architecture

    Cyberpunk 2077 n'en finit plus de faire parler de lui ! C'est cette fois le site GameIndustry.biz qui a eu la chance d'obtenir une interview avec une membre de l'équipe de développement de CD Projekt RED.. 

    Pour une fois, il n'est pas ici question de mécaniques, de choix ni même de narration au sens propre du terme, mais bien de choses que le commun des joueurs ne remarque pas forcément : l'architecture et l'histoire qu'elle peut raconter, même au travers d'un jeu vidéo.

    Assez intéressante, nous avons estimé que cette interview méritait une traduction, que nous vous proposons ici.

    L'originale, quant à elle, est toujours disponible à cette adresse.

     

    ‘’Les 57 ans de travail méconnu qui ont bâti la Night City de Cyberpunk 2077’

     

    Nous nous adressons à Marthe Jonkers de CD Projekt RED à propos du processus créatif à l’origine d’une vision unique du futur.

     

    Le mot "cyberpunk" dépeint une vision très précise du futur. Des humains augmentés mécaniquement. Des voitures volantes. De grosses armes à feu. Une abondance de néons et de panneaux holographiques. Et probablement, également beaucoup de scènes nocturnes sous la pluie.

     

    C’est une esthétique que s’est approprié une masse de films, d’animations et de jeux ces dernières décennies. Alors, comment va s’y prendre CD Projekt RED et son Cyberpunk 2077 pour se démarquer de la masse ?

     

    La coordinatrice des concept-arts Marthe Jonkers, nous parle des débuts en jeu de plateau de la licence sur lequel le jeu est basé : Cyberpunk 2020. Bien entendu, le jeu des développeurs polonais se déroule presque 60 ans après celui créé par Mark Pondsmith : beaucoup de choses peuvent changer dans ce laps de temps. Pour Jonkers et son équipe, il était très important de remplir ce vide.

     

    ‘’Notre équipe a vu sans doute la totalité des films cyberpunk qui existent, nous avons lu tous les livres et nous avons tout ça dans nos esprits’’, déclare-t-elle à GameIndustry.biz. ‘’Nous connaissons tout le canon du cyberpunk. Mais nous voulions quand même créer quelque chose qui soit frais et nouveau.’’

     

    ‘’Nous avons fait ça en explorant profondément le lore créé dans les années 80 avec Cyberpunk 2020, et nous avons également pris cette timeline – entre 2020 et 2077 – et laissé les événements qui se sont produits définir la façon dont Night City aurait évolué en 2077.’’

     

    Marthe Jonkers, CD Projekt RED

     

    Jonkers et son équipe d’artistes ont même commencé à imaginer les modes et les styles qui seraient apparus et disparus pendant ces 57 ans, en partant de l’architecture pour aller vers la mode vestimentaire et même l’aspect des véhicules et des armes. Imaginer que l’histoire de Night City ‘’a vraiment été la colonne vertébrale de tout notre processus’’.

     

    ‘’Très tôt dans le projet, nous avons commencé à y penser. Nos directeurs artistiques essayaient de créer une véritable identité visuelle à Night City, basée sur son histoire. Nous l’utilisons comme guide pour nos styles visuels, et vous verrez dans le jeu beaucoup de restes de cette évolution et de ces changements de modes, que ça soit dans les vêtements ou le design des armes.’’

     

    Les artistes ont remarqué que les villes ne se définissent jamais par un seul style : c’est toujours un mélange de tout ce qui est venu avant. En fait, CD Projekt RED a défini que quatre styles distincts avaient dominé ces dernières décennies, mais nous y reviendrons plus bas.

     

    ‘’Nous connaissons tout le canon du genre cyberpunk. Mais nous voulions tout de même créer quelque chose de frais et de neuf.’’

     

    Même des zones particulières de la mégapole bénéficient de particularités propres et d’esthétiques qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans la zone urbaine. Le monde de Cyberpunk 2077 est divisé en neuf districts, chacun bâti sur des mélanges de ces quatre styles différents.

     

    Pacifica, la région montrée dans la démo de gameplay "behind close doors" pendant la Gamescom, en est un parfait exemple : la zone devait originellement servir de quartier de villégiature, avec de luxueux hôtels construits le long de la côte maritime. Mais alors que le financement est venu à manquer, les corporations ont abandonné l’endroit, laissant le district tomber dans l’anarchie.

     

    Pendant ce temps, une série de catastrophes naturelles ont rendu Haïti inhabitable, et beaucoup de survivants ont trouvé refuge à Night City, plus particulièrement à Pacifica. Cette affluence massive a amené une toute nouvelle culture qui peut être observée sur les graffitis de la zone.

     

    Le district de Pacifica se démarque du reste de Night City avec ses hôtels massifs mais pourtant vides : les restes d’une zone de villégiature inachevée.

     

    ‘’[Chaque district] a sa propre histoire : pourquoi les habitants sont-ils venus y vivre par exemple ? Nous ajoutons cette couche supplémentaire de langage visuel pour vous exposer toute l’histoire de cette zone’’, explique Jonkers.

     

    ‘’Quand vous voyez un district qui a l’air rose avec des bords doux, vous comprenez qu’il a été construit quand les gens avaient plus d’argent. Cela vous raconte une histoire sur le background de la ville, et vous offre une sensation supplémentaire d’immersion.’’

     

    ‘’Dans Pacifica, vous verrez beaucoup d’éléments artistiques très liés aux Voodoo Boys, le gang qui contrôle les lieux. Et c’est vraiment cool parce que lorsque vous conduisez à travers les rues et que vous voyez ces différents éléments, vous pouvez réellement reconnaître qui vit aux alentours, ou quel gang sévit dans le quartier.’’

     

    Naturellement, cela signifie que vous verrez d’autres cultures partout dans la ville, même Japonaises – souvent associées au genre cyberpunk . Et pourtant, la localisation de Night City est d'une influence importante. Alors qu’énormément de ces fictions se déroulent autour de Tokyo ou d’autres villes asiatiques, la métropole de Cyberpunk 2077 se situe sur la côte Californienne, ce qui aide aussi cette fiction à se démarquer des autres.

     

    ‘’Quand nous avons montré la démo l’an dernier, les gens ont d’abord été surpris de voir que tout était très ensoleillé’’ se souvient Jonkers. ‘’Ils s’attendaient à un cyberpunk sombre et pluvieux, mais il est possible de faire du cyberpunk dans une ville Californienne. Bien sûr, il y aura de la pluie, parce que nous avons un système de météo, et il y aura aussi de la nuit, mais nous essayons vraiment d’avoir ce regard neuf sur le genre cyberpunk.’’

     

    Comme mentionné plus haut, les fondations de Night City reposent sur quatre styles différents, chacun racontant sa propre vision de ce qu’il s’est passé entre 2020 et 2077. Le premier est appelé Entropisme, développé pendant une période où la pauvreté régnait.

     

    ‘’Ils s’attendaient à du cyberpunk sombre et pluvieux, mais il est possible de faire du cyberpunk dans une ville Californienne.’’

     

    ‘’Comme les gens étaient pauvres, ils ne faisaient pas de choses très colorées : ils faisaient de l’art avec peu de couleurs’’ déclare Jonkers. ‘’Les designs provenant de cette ère sont plus portés sur l’utilité que sur l’esthétique.’’

     

    Alors si vous remarquez un gros véhicule terne ou un bâtiment qui ne ressort pas beaucoup, il y a des chances pour qu’il provienne de cette ère de l’Entropisme.

     

    Après, vint le style Kitsch, apparu alors que l’économie se relevait. Les gens accédaient à plus de moyens, ont amélioré leurs rapports au monde et y ont injecté plus de couleurs.

     

    Ceci fut contré par la troisième ère qui vit apparaître la domination des corporations, et qui mena au style Néo-militariste. Tout est devenu noir et lisse, le métal devenant le matériau le plus utilisé, en gardant bien souvent son aspect noir et froid.

     

    Et enfin, arriva le Néo-kitsch, développé quelques années avant les événements de Cyberpunk 2077. Le gouffre entre les riches et les pauvres s’est agrandi, et les riches ont exposé leur richesse de façon plus colorée.

     

    Ces posters illustrent les quatre styles qui définissent Cyberpunk 2077 . De gauche à droite: Kitsch, Entropisme, Néo-militariste, Néo-kitsch.

     

    ‘’Dans Night City, les éléments naturels se font de plus en plus rares’’ déclare Jonkers. ‘’La plupart des animaux sont en voie d’extinction, et il est difficile de trouver du bois. Alors si vous voyez des personnages avec des tatouages d’animaux sur le corps, c'est qu'ils sont plutôt riches car c’est un symbole de richesse. Les bâtiments des plus riches utilisent beaucoup de bois, de marbre et d’autres matériaux du même style, parce que la plupart des gens ne peuvent pas se le permettre.

     

    Elle continue : ‘’Il y a des couches différentes au design de Night City et de tous ses habitants; alors quand vous conduisez dans les rues et que voyez un bâtiment rose aux bords et aux fenêtres arrondis, alors vous comprenez qu’il s’agit du style Kitsch, et vous savez à quelle période il a été bâti : une période pendant laquelle les gens avaient plus d’argent. Cela vous raconte une histoire à propos du background de la ville, et offre un nouveau niveau de crédibilité.

     

    ‘’Ce qui était très important pour nous, c’était d’avoir un point de vue neuf sur le genre Cyberpunk. Et j’aime beaucoup voir que quand les gens regardent les screenshots de notre jeu, ils reconnaissent notre style.’’

     

    Une énorme quantité d’efforts a clairement été consacrée à la construction du monde : mais un tel effort est-il nécessaire ? Les joueurs remarqueront-ils vraiment les éléments Néo-militaristes des véhicules les prenant en chasse, ou l’aspect Entropique des ghettos qu’ils traversent en tirant dans tous les sens ?

     

    ‘’Quelques joueurs veulent sans doute se concentrer sur l’action, mais chez CD Projekt RED nous avons à cœur de travailler la narration’’ conclut Jonkers. ‘’C’est ce que nous faisons. Nous aimons raconter des histoires, nous aimons offrir des expériences profondément narratives. Et nous faisons souvent des mondes ouverts, c’est ce que nous aimons faire, alors nous essayons de pousser le concept avec ce titre.’’

     

    ‘’Si vous voulez explorer Night City, nous ferons en sorte qu’elle soit pleine d’histoires que vous serez libres d’explorer.’’

     

    Vous pouvez retouver l'article original ici.

     

    Même si ce n'était que marketing, il faut admettre que CD Projekt RED se jette corps et âme dans les projets qu'ils développent. En véritables passionnés, leur objectif est de livrer non seulement un jeu, mais une véritable expérience immersive, aussi réaliste et cohérente que possible.

    Cependant, la question soulevée en fin d'article reste pertinente : les joueurs n'ayant pas suivi la campagne de communication autour du jeu et ne sachant rien de ces quatre styles, auront-ils conscience de tout le travail autour du level design et de l'identité visuelle du titre ? 

    Il est quasiment certain que le studio trouvera une solution in-game pour expliquer tout ceci, et se débrouillera pour rendre le tout le plus organique possible.

    Que l'on aime le studio ou pas, il est difficile de leur retirer le mérite de tout le travail qu'ils réalisent, et de toute la passion qu'ils injectent dans leurs productions.

    Il va être définitivement difficile de patienter jusqu'au 16 Avril 2020 !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :