• Death Trap

     

    Lors de la Gamescom 2014, sur le stand de Neocore Games, nous étions présents pour la présentation de The Incredible Adventures of Van Helsing 2 et la présentatrice voulut nous présenter aussi Deathtrap. Proposition que nous déclinâmes poliment car ce Tower Defense ne semblait pas répondre à notre ligne éditoriale. Pourtant Neocore Games, durant toute la campagne promotionnelle qui suivit, ne cessa jamais de nous relancer et de nous indiquer que le jeu possédait des éléments de RPG. Alors comme nous ne sommes pas rigides au point de rester insensible à cette idée, il était important que nous fassions le point sur ce spin-off grâce à un test, puisque son géniteur tenait absolument à ce qu'il soit présenté comme un hybride Tower Defense action-RPG.  

     
     

    Deathtrap se veut donc un croisement entre l'action-RPG et le Tower Defense – qui reste prédominant – dans le monde de la série bien avancée qu'est The Incredible Adventures of Van Helsing, que j'abrégerais par TIAVH. Ce dernier attend d'ailleurs son troisième épisode pour clore la série très action-RPG. On avait pu goûter durant l'épisode 2 à une série de cartes dans lesquelles il fallait défendre sa position, un avant-goût de Tower Defense qui m'avait dérangé car ce genre là ne m'intéressait pas dans un hack 'n' slash. Eh bien Deathtrap reprend le concept et vous propose de défendre le monde de TIAVH des créatures venant de l'autre côté des portes de l'essence.

     

    Death Trap   Death Trap

    Solo ou coop, et carte générale

     

    Une défense sans faille ? Ça pue l'essence !

     

    Tout d'abord, expliquons le concept générique pour vous novice qui ne connaissez peut-être pas ce qu'est un Tower Defense : c'est un jeu qui propose une carte sur laquelle des vagues de créatures de plus en plus puissantes partent d'un point d'entrée et se dirigent selon un chemin balisé vers un point de sortie que vous devez défendre en les empêchant de l'atteindre, sous peine de défaite. Pour cela, vous êtes pourvu d'une certaine somme qui va vous permettre de placer des outils que l'on peut considérer comme des armes et des pièges que vous allez placer tout au long du trajet des créatures ennemies. C'est ce placement qui se montre primordial et qui définira si votre stratégie de défense fonctionne ou pas, car ils devront éliminer tout adversaire avant qu'il atteigne son but.   

    Dans Deathtrap, vous choisissez d'abord la carte sur laquelle vous allez jouer, configurez un choix de difficulté parmi trois possibles, sachant qu'il faudra passer les niveaux de difficulté les plus faciles pour débloquer les suivants. Dès que votre héros aura atteint le niveau vingt (niveau cent max), vous aurez de nouvelles options pour entamer une partie différemment, comme le nombre de vagues ou les gains obtenus. 
    Deathtrap propose donc comme environnement l'univers de Van Helsing, tout comme son moteur graphique. Je vous renverrai donc sur le test de TIAVH pour tout ce qui concerne les graphismes et gestion de caméra, et si je devais m'intéresser au type tower defense, je dirais qu'il est sympathique et potentiellement intéressant, avec des qualités indéniables. Il est jouable tout aussi bien avec une manette – même si cela paraît moins naturel, mais ce doit être un manque d'habitude – qu'au clavier que je préfère, avec une bonne finition tout aussi bien graphique qu'audio. De plus, il est stable et pourrait s'apparenter à un Orcs must die du fait de l'univers fantastique, de la présence de votre personnage sur les maps et de son interaction directe avec les ennemis. 
     

    Death Trap   Death Trap

     Tower Defense et Loot à la Action-RPG
     

    Un héros en action qui le signe de la pointe de son épée

     
    Sauf que Deathtrap va un peu plus loin du côté du RPG comme vous allez pouvoir le lire. Lors de votre début de partie, vous allez choisir un personnage parmi trois classes : la magicienne, le combattant ou encore le ranger. Chacun a sa propre personnalité et ses propres compétences qui se débloquent à un certain niveau et qui s'augmentent de dix niveaux pour les actives et vingt pour les passives. Ensuite votre héros pourra être équipé : chapeau, armure, arme, collier et bagues pourront améliorer votre personnage. Enfin, il a dans son équipement la possibilité d'insérer trois runes permettant de rajouter des bonus en pourcentage à des pièges ou compétences spécifiques. Chaque personnage possède des compétences de trois types. Les premières sont typiques de votre classe, les secondes sont générales et les troisièmes permettront l'amélioration des pièges ou trappes que vous placerez sur le terrain. À chaque niveau d'expérience, vous gagnez trois points à répartir entre chaque. 
    Outre les compétences, le loot est très important dans le jeu. De différents niveaux, il est fourni à la fin de la mission par des coffres qui apparaissent près de votre héros. Il existe aussi des créatures gardiennes sur la map qui, tuées, vous donneront de l'or ou des objets. Ces gardiens ne sont vulnérables que durant les vagues de monstres. Un choix s'opérera alors entre défendre votre portail ou aller tuer des gardiens pour récupérer à la fin un coffre plein de richesses et d'équipement. Sur la carte générale du monde, qui donne accès à toutes les maps débloquées dans un ordre précis, une boutique vous permettra de vendre ou acheter, voire vous proposera des objets uniques durant un temps donné comme le propose la série des Borderlands. Un moyen de personnaliser son héros et de le rendre tout aussi important que ses outils de destruction. De plus, il est possible de faire de l'artisanat. Tout objet magique peut être détruit pour récupérer des ressources qui pourront ensuite être réutilisées pour la création d'objets, selon des recettes que vous pourrez aussi récupérer via les coffres. Le système est plutôt simple, mais fonctionne bien. Tout ceci est donc commun au style hack 'n' slash et permet d'en déduire que Deathtrap mérite son penchant d'action-RPG. 
     

    Death Trap    Death Trap

    Un héros développé et des outils à améliorer font la force de Deathtrap
     
    Le héros est donc présent sur le niveau et c'est grâce à lui que vous pourrez installer les pièges. Il pourra bien sûr intervenir directement sur les adversaires si besoin grâce à ses compétences. Pour les utiliser durant la vague d'ennemis, vous avez quatre touches assignées à cet effet, mais vous devrez faire attention de bien gérer votre mana, car les potions ne peuvent pas être consommées à la suite, il y a un temps d'attente. Il est aussi possible de rester inactif pour laisser remonter naturellement votre mana, et dans ce cas, les créatures vous ignoreront sachant que vous serez en mode invisible. De toute manière en cas de mort de votre héros, vous réapparaissez sur le portail de sortie du niveau, la défaite n'étant possible que si un certain nombre de créatures traverse ce dernier. 
    Parlons aussi de vos outils de défense comme les pièges et les armes. Plaçables à certains points précis sur la map, eux aussi peuvent être améliorés grâce aux points de recherche que vous gagnez en réussissant vos missions. Les améliorations se décomposent en trois possibilités avec évolution chacune, qui concernent soit la puissance, la durée ou encore l'effet du piège sur les ennemis. Une personnalisation poussée qui comporte plus de 150 possibilités pour les 25 pièges proposés. Y'a de quoi faire et se rincer l'oeil lorsque tout cela entre en action. 
    Et puis dans chaque arène, à chaque fin de vagues, vous aurez droit à un boss avec ses spécificités, tout comme vous pourrez croiser des mini-boss durant les assauts ennemis. Si la difficulté facile est simple à gérer, les niveaux supérieurs vous opposeront plus de résistance, dépendant aussi de l'évolution de votre personnage.  
     

    Death Trap    Death Trap

    Mini-boss et Boss de fin de vagues, tout un programme.
     

    Papa Gobelin, il est où le piège ? 

     
    Très stable et plutôt réussi, au premier abord Deathtrap ne se montre pas très généreux avec ses treize maps de base que vous finirez en quelques heures et qui seront agrémentées de cinq maps bonus. Mais c'est sans compter a configuration des maps qui permet de les personnaliser, et donc de les rejouer à plus haut niveau dans des conditions différentes. Il y a aussi les trois héros proposés qui se jouent différemment, tout comme leur personnalisation pourra changer selon votre humeur – notez que deux nouveaux personnages arriveront prochainement sous l'aspect de DLC. Et on finit par l'éditeur de niveaux, très simple d'utilisation, qui vous permettra de créer des niveaux fonctionnels en quelques clics. Rajoutez à cela, une campagne coopérative avec les mêmes maps à quatre, mais dont je ne pourrai pas vous parler pour ne pas l'avoir testé, et vous vous rendez bien compte que le jeu est quand même conséquent.  
    Alors bien sûr ne vous attendez pas à un scénario développé, il n'aurait aucun intérêt, ni à des dialogues de fou (bah oui, pourquoi on ne pourrait pas se parler à soi-même !), ni à des choix cornéliens pour faire évoluer votre héros. Rien de ceci ne vient approfondir la partie RPG, qui reste axée sur votre personnage. C'est un peu dommage non ? Allez, on verra cela avec TIAVH 3.
     
     
    Pour les RPG-istes que nous sommes, s'il y avait un Tower Defense que je conseillerais avant tout, ce serait forcément Deathtrap, pour deux raisons : la première c'est que c'est un hybride qui comporte assez d'éléments RPG pour que vous soyez presque familiarisé avec le style de jeu, et la seconde c'est qu'il se présente comme un spin-off de la série des Van Helsing, que vous connaissez peut-être dans la catégorie des hack 'n' slash débordants d'énergie. Il est d'ailleurs présenté comme un hybride mi-tower defense, mi-action RPG, avec son héros qui joue un rôle dans l'univers.  Plus personnalisable que Defender Quest qui axait son potentiel sur le scénario, à vous de voir si le genre peut vous plaire, parce que le travail réalisé par Neocore est propre et mérite que l'on s'y attarde.  
    Du coup, les RPG-istes que nous sommes trouverons forcément à redire sur cette idée que Deathtrap est un action-RPG.  On est très loin d'un Les Royaumes d'Amalur : Reckoning, alors dites-vous bien que c'est un Tower Defense avant tout. 
     
    + Hybride Tower Defense / Action-RPG !
    + Univers de Van Helsing
    + Finition
    + Coop à 4
     
    - Hybride Tower Defense / Action-RPG ?
    - Centré sur le développement de son personnage
    - Défaut inhérent au Tower Defense : répétitivité des maps.
    - Scénario inexistant

    Article publié sur RPGFrance le 24.02.2015
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :