Si Baldur’s Gate sur PC évoque un RPG de grande envergure en 2D isométrique, les règles de Donjons et Dragons le jeu de rôle adaptées et un hit en puissance, en 2001, l’adaptation sur PS2 a changé totalement la donne. Out le RPG avec une grande profondeur, comprenant dialogues et inventaires costauds, et bienvenue dans un action-RPG où la licence s’est adaptée au support Console. A l’époque, ce fut une GRANDE réussite. Alors, est-ce que 20 ans après, le jeu en vaut encore la chandelle avec ce portage PC ?

Nous quittons donc le monde des RPG durs de durs – revoir l’histoire des RPG pour comprendre cette transformation – pour approcher un jeu d’action-RPG. Baldur’s Gate : Dark Alliance est presque un hack’n’slash tellement les dialogues dans la ville sont prétexte à aller casser des gueules du monstre.

Un début au bistrot …

Tout débute dans la grande ville de Baldur dans laquelle vous êtes agressé par un groupe de bandits. Heureusement, l’intervention de la garde vous sauve la mise et c’est à la taverne principale que commence votre aventure pour une mission bien plus complexe qu’elle n’y paraît.

Les dialogues ne sont pas en reste, car ils sont assez nombreux dans cette taverne même s’ils n’offrent aucune liberté. On répond aux PNJ pour avoir le déroulement du scénario qui nous fera aller dans un niveau pour défourailler.

Grâce à une vue de haut, au trois quart, il vous est possible de voyager à travers 45 niveaux linéaires pour vous permettre d’augmenter le niveau des 3 personnages jouables (un archer humain dont les flèches sont comptées, un mage elfe qui fonctionne aux points de mana et un guerrier nain dont la hache est aiguisée. Un quatrième personnage surprise est déblocable en finissant le jeu) et d’améliorer leur équipement. La gestion est assez simple avec un bouton pour frapper, un pour parader, un pour sauter, les gâchettes L1 et R1 pour respectivement boire les potions de mana et de soin.

Enfin, en allant dans le menu principal, on peut trouver la fonction rappel qui permet de boire une potion du même nom et de se téléporter directement à la taverne pour vendre son trop plein d’équipement avec un inventaire limité selon sa force. D’ailleurs, ce dernier est très bien pourvu avec possibilité de changer de très nombreuses pièces, comme l’armure, le casque, les gants, les bottes, l’arme, le bouclier, visible à l’écran à chaque changement …..

… pour des missions seul ou en couple …

A chaque tué ou réussite d’une mission, votre personnage gagne des points d’expérience. A chaque niveau passé, votre personnage augmente ses caractéristiques, et vous ne pourrez uniquement que lui allouer des points dans les différentes compétences, tenant compte de sa classe. Vous aurez pas mal de possibilités, car les compétences sont riches et variées et chaque classe est différente.

Bien sûr, on ne contrôle qu’un seul personnage à la fois, mais il sera possible de jouer à deux en coopératif sur le même écran et d’établir des techniques de combat pour venir à bout des boss qui sont disséminés sur votre parcours. C’est aussi cela la force du jeu.

Le jeu est bien plus sympa à deux, même si on lui reprochera sa durée de vie minime : 10 heures tout au plus, une première fois. Il sera alors possible de repartir à l’aventure dans un niveau de difficulté supérieure – il y en a 3 – ou de prendre un nouveau personnage. Ainsi, on atteindra les 70 heures de jeu, mais réellement, allez-vous aller au bout ?

La vue de haut handicape le champ de vue, on pense à la classe Archer, et la gestion de l’inventaire bien que riche est un lourdingue même si c’est un défaut perpétuel des jeux consoles. Itou, avec des points de sauvegarde, -non on ne sauvegarde pas où on le désire – même s’ils sont très nombreux et installés dans des endroits stratégiques. Le jeu est entièrement en français et ça c’est un plus. Quant aux musiques et aux sons, ils sont de qualité.

… dans un portage trop light.

Alors qu’en est-il du portage PC ? On peut dire que le portage est réussi car c’est une copie conforme… Non, trêve de plaisanterie : un portage de fainéant, que dis-je, une émulation qui permet juste de jouer en “HD” avec les modèles de personnages du milieu des années 2000. Graphiquement, on se croirait dans un mod de Neverwinter Nights bien polissé avec certaines interfaces floues dégueulasses par moment. Le menu reste le même que celui de l’époque avec une gestion console et on ne trouve aucune option graphique pour changer la résolution. L’écran de sélection des personnages est zoomé et flou. De plus, le son grésille par moment ce qui est désagréable si vous le monter.

Par contre, même si la gestion clavier/souris est intuitive, on préfèrera la manette. De toute façon, pour jouer à deux – uniquement en local (!) – il vous en faudra deux.

Pour les nostalgiques, on retrouve la jouabilité de 2001 et on fait fi de ses défauts, mais franchement, attendre 20 ans pour ça ?!…


Baldur’s Gate : Dark Alliance a l’avantage d’être, non pas plus profond, comme pouvaient l’être ses ancêtres RPG, mais un jeu d’action-RPG efficace. Un bon défouloir lorsque vous avez deux heures à passer avec un pote, car l’univers est bien sympathique. Même si l’aventure est courte, on apprécie la montée en puissance de son personnage et l’immersion proposée. Mais cette version PC n’est pas terrible et ne fera plaisir qu’aux nostalgiques qui avaient pu y jouer à l’époque (doubler, voire tripler la note). En tout cas, elle n’est pas intéressante au prix proposé pour les nouveaux venus à l’exception des gens qui jouent en coopératif local. On attend le 2 maintenant, et surtout une baisse de prix.

+ Textes et audio en français
+ Le duo coopératif local, la force du jeu
+ Pour les nostalgiques
+ Un action-RPG sympathique à l’époque

Note RPG 3 sur 5
Note testeur 03 sur 10

– Un portage fainéant et pas top, 20 ans après !
– Une aventure courte, à refaire X fois pour les plus aguerris
– Pour les nostalgiques
– Un prix bien trop cher : moins de 15 euros tout au plus.

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Jubei

AAAAAaaaaaah Dark Alliance.  Qu’est-ce que j’ai aimé ce jeu ! Je le trouvais magnifique à l’époque et je le trouve toujours très bon, même après toute ces années.  Beaucoup de nostalgie.  Si mes souvenirs sont bons, il me semble que c’est dans celui-ci où l’on peut débloquer un personnage secret pour recommencer le jeu, Drizzt Do’Urden.  Mais étant un fan de Donjons & Dragons, j’ai toujours aimés les jeux vidéos se passant dans l’univers des Royaumes Oubliés.

Jubei

Y’a eu pire.  Perso, j’ai trouvé les Dark Alliance bien mieux que Neverwinter 2, que j’ai trouvé horrible et dégueulasse.