mercredi, août 10, 2022

Daemon Vector

Daemon Vector semble être sorti sur l’archipel nippon en juin 2004 pour la Xbox première du nom. C’est dire si sortir ce hack’n’slash 3 ans plus tard, montre un certain manque de respect pour le consommateur que nous sommes. A moins que ce jeu soit tellement bien, que sa notoriété lui a permis d’arriver jusque chez nous. Tient-il la dragée haute devant les ténors du moment ?

C’est l’histoire d’un explorateur du 14ème siècle qui revient du nouveau monde en ramenant dans ses valises la peste ainsi qu’un mal qui transforme la population en zombi à découper. Devant le mal, va donc se proposer deux personnages atypiques au choix : la blonde à gros seins ou le beau gosse. Et ensuite on part à l’aventure. Visuellement 3 ans de retard, cela se sent et cela ne va pas à l’avantage du jeu. Ainsi il y a de très nombreuses vidéos avec le moteur du jeu, mais elles sont très moches. Jeu avec textures fades et dépassées, on est dans le portage direct avec une résolution maximale de 800×600. Il est tellement moche que je ne vous mets pas d’image.

Votre personnage est vu de dos et vous allez partir à la reconquête du monde avec une vue de votre personnage de dos. Si la maniabilité est bonne, le jeu est lent et il vous faudra 4 ou 5 coups minimum à chaque fois pour découper des vilains pas beaux. On se croirait dans un beat them all (taper, taper et taper). Les niveaux sont de simples couloirs dans lesquels on avance et on massacre en bonne et du forme pour acquérir la clé qui vous permettra de passer dans la section suivante.

L’IA des méchants est faible et il n’est pas rare de voir les créatures bloquées par le décors. Ils sont par paquets et peu différenciés. Autrement dit, à part quelques bosses au goût douteux, la lassitude vous prendra très rapidement. Pourtant votre personnage possède un certain nombre de coups intéressant bien utilisable au gamepad. Car pour le clavier, à moins d’être de la famille des poulpes, vous aurez bien du mal à gérer.

Bien entendu si la musique est convenable et les bruitages présents, console oblige, les points de sauvegarde se font entre chaque niveau, durant lesquels vous pourrez aller au magasin, vous acheter des nouveaux coups spéciaux, ou encore revendre les quelques objets trouvés sur les cadavres ou dans les récipients. Puis vous retournez dans les niveaux avec tout de même la possibilités entre 2 ou 3 voies différentes. Le jeu est facile et les boss ne vous retiendront pas très longtemps, mais la rejouabilité est possible car vous pourrez faire une aventure un peu différente bien que s’entrecroisant avec l’autre personnage. Faut-il que vous souhaitiez aller plus loin.

Daemon Vector est un hack’n slash/beath’em all qui cumule les tares : graphismes vieillots et cubique, adaptation console et linéarité auront vite fait d’anéantir votre envie de jouer. Il possède de bonnes idées, malheureusement pas développé pour nos PC d’aujourd’hui.

+ On cherche encore !

Note RPG 2 sur 5

– Graphismes
– Portage console
– Linéarité
– Points de sauvegarde

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Administrateur de RPG jeux vidéo. Très vieux Joueur depuis le siècle dernier. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de traductions de nombreux RPG vidéo. Ancien président de RPGFrance, et ancien rédacteur de Dagon's Lair.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Note du testeur sur 10

Daemon Vector
3

Tests & aperçus au hasard

Articles au hasard

0
Envie de laisser un commentaire ? x