mercredi, août 10, 2022

Deus Ex HR : Le Chaînon Manquant

Ce test a été écrit et publié à l’origine le 22 Octobre 2011 sur le site RPGFrance
par son auteur Batman the Blind. Avec son aimable autorisation.

Un peu moins de deux mois après la sortie de Deus Ex Human Revolution, Eidos Montreal nous propose un premier DLC intitulé “Le Chaînon Manquant” (“The Missing Link” en anglais). Proposé pour une dizaine d’euros sur PC, PlayStation 3 et XBox 360, voici l’occasion de retrouver Adam Jesen, qui s’est encore fourré dans un sale pétrin…

Monsieur Jensen, vous nous avez manqué

Ce DLC se situe au milieu de l’histoire, alors que Jensen vient d’embarquer sur un bateau quittant le port de Hengsha. Celles et ceux qui ont fini Deus Ex : Human Révolutions comprendront de quoi je parle. Pour les autres, je ne saurais que trop vous conseiller d’avancer dans l’histoire jusqu’à ce point précis avant de vous attaquer à ce DLC.
Néanmoins, l’intrigue de the Missing Link reste relativement indépendante de l’histoire principale du jeu. Alors qu’il a été fait prisonnier par des membres de Belltower, Adam devra s’évader de sa geôle, retrouver son équipement, et enquêter sur la mystérieuse affaire dans laquelle il se retrouve impliqué par hasard ou presque.


Autant vous le dire tout de suite, l’histoire de ce DLC n’est pas des plus prenantes. Si on a droit à quelques révélations en le terminant – et encore ! – il ne présente rien de réellement déterminant.

This is Snake, can you read me, Otacon ?

The Missing Link fait la part belle à l’infiltration, et ce dès le début. Dépourvu d’équipement et d’amélioration, vous devez vous faufiler entre les gardes et la moindre fusillade vous sera alors fatale. Même une fois votre équipement retrouvé, les phases d’infiltration resteront beaucoup plus exigeantes que dans l’aventure principale en raison des ennemis lourdement armés.
Vous devrez évoluer dans deux environnements différents. Au début vous serez sur un bateau type tanker, puis vous rejoindrez une sorte de plate-forme en mer.
Entre l’aspect infiltration renforcé, la première partie dans le bateau et la seconde sur la plate-forme, autant vous dire que The Missing Link m’a directement fait penser à un certain Metal Gear Solid 2.

Vous êtes le maillon faible…

The Missing Link nous promettait 5 heures de jeu, je l’ai bouclé en 4, en prenant mon temps. Bon, on nous avait prévenus, mais j’ai toujours du mal à m’y faire quand on trouve certains jeux à 10€ avec une bien meilleure durée de vie. Si les mécaniques de jeu n’ont pas bougé d’un poil, on reprochera cependant à The Missing Link d’avoir un aspect RPG bien moins poussé que l’aventure principale. Peu de dialogues et de PNJ, des quêtes annexes classiques et ennuyeuses, de ce côté là The Missing Link ne pourra que décevoir. Par ailleurs, ce DLC ne propose pas de réelle nouveauté non plus, si ce n’est deux nouvelles armes : un lance-roquettes et un revolver modifié (il y en a peut-être d’autres, j’ai pu passer à côté).
Le level design reste très bon. On a encore plusieurs possibilités pour passer au travers des rondes de gardes, le bateau comme la plateforme proposant des environnements très intéressants en termes d’infiltration.


Par contre, la mission principale nous oblige souvent à faire de nombreux allers-retours, particulièrement sur la fin. C’est à se demander s’ils ne sont pas là juste pour rajouter un peu de durée de vie artificiellement. Du coup, on se lasse assez vite de ces environnements que l’on doit parcourir trois fois dans un sens, puis dans l’autre.
En plus de cela, il faudra régulièrement traverser des sas de sécurité qui prendront plusieurs dizaines de secondes à scanner le corp d’Adam avant de nous laisser continuer. Une fois c’est sympa, mais au bout de cinq ou six, ces petit temps morts viennent vraiment casser le rythme du jeu.
Je tiens cependant à féliciter les petits gars d’Eidos Montreal sur le boss de ce DLC. Ce fut l’un des gros reproches qui avaient été fait à Deus Ex : Human Revolution, même si pour ma part, cela ne m’avait pas gêné outre mesure, que de proposer des boss dont la seule issue consistait à l’affronter en combat rapproché. Ici, vous pourrez tout à fait utiliser un fusil à lunette pour le tuer à distance, ou même l’approcher pour tenter de négocier.

Cela ne fait que commencer

Ce premier DLC de Deux Ex : Human Revolution décevra sans doute bon nombre d’entre vous par son manque de profondeur et son absence d’aspect “roleplay” pourtant très réussi dans le jeu de base. Le prix pourra paraître un peu élevé pour une durée de vie de 4-5 heures, même si cela reste dans la norme de ce qui se fait en matière de DLC. Si vous êtes un féru d’infiltration (ce qui est mon cas), vous pourrez cependant bien vous amuser sur The Missing Link. Pour les autres, vous pouvez passer votre chemin ou attendre une éventuelle promo. A noter que le générique de ce DLC se termine sur les mots “Ne partez pas, ça ne fait que commencer”, ce qui, avec le dénouement de l’intrigue, présage de futurs DLC pour Deus Ex : Human Revolution.  

+ Infiltration poussée
+ Le boss de fin mieux travaillé

– Aspect RPG assez faible
– Des aller-retour dont on se passerait volontiers

b354250a70429f954112f1d5ac070732?s=120&d=identicon&r=g |  RPG Jeuxvidéo
Batman the Blind
Ancien rédacteur pour RPGFrance. Ancien responsable administratif de RPGFrance.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Note du testeur sur 10

Deux Ex : Human Revolution
6

Tests & aperçus au hasard

The Harvest

Aarklash Legacy

Depths of Peril

Articles au hasard

0
Envie de laisser un commentaire ? x