mercredi, août 10, 2022

Mass Effect 2 :
The Arrival

Ce test a été écrit et publié à l’origine le 01 avril 2011 sur le site RPGFrance
par son auteur Mercks. Avec son aimable autorisation.

Après la déception Dragon Age II, Bioware nous livre l’ultime DLC de son deuxième titre phare : Mass Effect 2. The arrival (l’arrivée) annonce les prémices du scénario du troisième opus des aventures du commandant Shepard. Censé établir un lien entre Mass Effect 2 et 3, The arrival arrivera-t-il a clôturer Mass Effect 2 avec brio, nous laissant trépigner d’impatience en attendant l’épisode final ? Y en a qui vont être déçus…

Shepard est cette fois encore en service commandé pour l’Alliance humaine. L’amiral Hackett, en chair et en os pour la peine, demande à notre héros de délivrer une espionne humaine des griffes des Butariens sur la planète Aratoht. Cette espionne, le docteur Kenson, aurait des informations vitales concernant une invasion de la terre par les Moissonneurs.

L’opération devant rester secrète, seul Shepard est autorisé à prendre part à cette mission, son équipe devant continuer à se la couler douce à bord du Normandy. Je ne dévoilerai pas plus le scénario et vous laisse le soin de le découvrir. Toutefois sachez que vous traverserez deux environnements sans âme et ne ferez que combattre durant l’heure nécessaire pour boucler ce DLC.

Je n’irai pas par quatre chemins et vais annoncer d’emblée la couleur. Ce DLC n’est en rien représentatif de la qualité du jeu complet, ni des DLC précédents. Bioware se contente à nouveau du minimum, et on ne peut qu’être déçu par le parti-pris des développeurs  dans ce DLC. Je m’explique. Pour commencer, l’aventure se vit seul et les combats tactiques en équipe sont totalement absents.

Ensuite, sachez que les dialogues sont réduits à leur plus simple expression ; le pire étant que vous ne pouvez faire aucun choix alors que justement, vous devez prendre une décision lourde de conséquence pour tout un peuple. Ici, le choix est pris pour le joueur, le laissant spectateur de ce qui l’attend au début de Mass Effect 3. Je me demande même si les sauvegardes du 2 auront de l’importance sur la manière dont on appréhendera le dernier volet de la trilogie.

Techniquement, c’est du Mass Effect 2, c’est propre. Je vous laisse admirer les screenshots sur la fiche du jeu. Deux nouveaux environnements nous sont proposés : une prison butarienne crasseuse et un laboratoire propret. En bref, une succession de couloirs qui tranche avec les environnements ouverts d’Overlord et du Courtier de l’ombre. Côté gameplay, les combats s’enchaîneront au rythme des vagues ennemies, mais là vous serez seul, ce qui devient lassant à la longue.

Même l’IA semble plus faiblarde que d’habitude. Vous serez par exemple appelé à protéger le docteur Kenson durant vos péripéties, les ennemis n’auront alors qu’elle pour cible, vous ignorant parfois complètement. Enfin, le passage d’infiltration promis est une vaste fumisterie ; le DLC Kasumi faisait même mieux dans ce domaine.

En conclusion, je n’éprouve qu’amertume à l’issue de l’aventure proposée par ce DLC. Certes, il n’est pas très cher et comblera sans doute les fan-boys du commandant, mais pour ma part je reste sur ma faim. Le fait que Shepard n’est plus acteur de sa destinée, que l’histoire emprisonne le joueur dans l’esprit des scénaristes, me laisse un goût amer. D’autant que les DLC précédents étaient, pour moi, de franches réussites. Un vent de médiocrité souffle actuellement chez Bioware, espérons qu’il tourne d’ici Mass Effect 3.

+ Ouvre le scénario sur Mass Effect 3
+ Toujours propre techniquement

Note RPG 4 sur 5

– Trop court.
– Aspect RPG en retrait.
– Linéaire.

mercks 3 |  RPG Jeuxvidéo
Mercks
Ancien rédacteur en chef de RPG France
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Note du testeur sur 10

Mass Effect 2 : the Arrival
4

Tests & aperçus au hasard

Articles au hasard

0
Envie de laisser un commentaire ? x