Financé par une campagne Kickstarter en 2015, Edge of Eternitydont nous avons beaucoup parlé, est resté depuis la fin d’année 2018 en accès anticipé. Depuis le mois d’août, il a évolué pour passer le stade de la bêta et proposera sa sortie définitive et la fin de l’histoire pour le printemps 2021.
En attendant, le jeu développé par le Midgar Studio mérite maintenant d’être testé, ou du moins de découvrir la première heure de jeu et par l’intermédiaire de cette introduction, les promesses qu’il tient.

Pour faire court, sur cette rapide expérience, je vous recommande de jouer au jeu, à condition que vous aimiez les jRPG. En une heure de temps du prologue, j’ai eu le temps de faire face à un jeu optimisé, agréable à l’œil, possédant un gameplay dynamique avec une manette et efficace, qu’il s’agisse de l’exploration ou des combats. Le jeu qui sait accompagner le joueur néophyte et celui expérimenté dans le genre se contentera d’observer les prémices d’une histoire particulièrement intéressante.

Je ne vous gâcherai pas le début mais le jeu est un mélange de thématiques : les décors du tout début laissent suggérer un univers un peu médiéval tandis que quelques minutes plus tard, on nous vend de la science-fiction, de la magie, des divinités, etc. Ce mélange permettra aux héros de partir d’une quête principale personnelle, au sauvetage du monde.

Des archétypes de personnages seront proposés dans l’aventure, étant donné que le début offre la possibilité d’en utiliser quatre différents lors du premier “gros” combat (l’équivalent du tank, du DPS au CàC, à distance, mage, etc. Je n’ai pour le moment pas vu d’équivalent au Heal). Les personnages, à la manière de bon nombre de jRPG actuels, seront interchangeables hors combat avec d’autres personnages rencontrés dans l’aventure en passant par le menu qui n’est pas sans rappeler les jeux dont il s’inspire et auxquels il rend hommage.

Il est possible lors des combats, et c’est un point intéressant, de suivre le personnage avec une caméra rapprochée mais aussi une caméra tactique qui permet de regarder l’aire de jeu depuis le dessus afin de pouvoir placer les personnages de façon tactique au corps à corps, à distance, sur une case sur laquelle une interaction avec le décor pourra avoir lieu. Ces mêmes combats qui, à la manière des Final Fantasy, nécessitent d’attendre la recharge de la barre d’ATB (Active Time Battle) pour que les personnages puissent agir.

Bien que ce début d’aventure ne présente pas beaucoup d’équipement, il va de soi que chaque personnage pourra utiliser des types d’armes, porter des armures différentes et utiliser les potions de soin et de mana pour les aider dans leur quête. Mon seul regret ici est commun à beaucoup de jRPG : une potion peut être utilisée par un personnage pour en soigner un autre, là où forcer à d’abord donner la potion dans un premier temps pour ensuite l’utiliser aurait rajouté un peu de piquant aux combats. 

Pour le moment, je n’ai pas rencontré de bug qui nuit à l’aventure. Les seuls constatés sont mineurs, de l’ordre de l’artéfact résiduel à la place des effets d’un sort lancé dans une cinématique jusqu’aux traces de pas dans la neige qui ne se faisaient pas (aussi en cinématique), donnant l’impression d’un personnage avançant en glissant.

Ce n’est que le début de l’aventure mais je rajouterai/modifierai éventuellement le contenu à l’avenir en testant davantage le jeu, mais en attendant, c’est un bon oui. J’avais des vues sur le jeu depuis un certain temps, voyant de belles promesses, et je suis encore plus agréablement surpris par cette seule heure de jeu qui pose les bases d’une belle aventure accompagnée par une bande-son des plus agréables.