mardi, novembre 30, 2021

L’histoire des jeux de rôle sur ordinateur # 3 – Partie 27 : Platine et Age Moderne (1994-2004)

Relire la partie 26

Réflexions finales sur l’histoire du CRPG

Bien que le CRPG ait certainement subi sa part de hauts et de bas au cours des décennies, l’histoire montre que lorsque les choses sont au plus bas, il y a toujours une nouvelle entreprise prête à entrer en scène avec un nouveau titre étonnant qui ramène tous les vrais fans du CRPG à la table des discussions. Nous en sommes peut-être arrivés à un tel point maintenant ; les principaux titres de CRPG ont ralenti au point de ne plus être disponibles, et certains critiques semblent pratiquement convaincus que des jeux en ligne comme World of Warcraft de Blizzard sont les héritiers logiques du CRPG “oldschool”.

Cependant, plutôt que de retracer la lignée de jeux comme World of Warcraft ou EverQuest jusqu’aux classiques du CRPG comme Ultima ou Wizardry, je les considère plutôt comme les descendants d’un autre genre appelé le “MUD”, ou le donjon multi-utilisateurs. Les MUD sont apparus sur la scène des jeux presque simultanément avec les aventures textuelles et les premiers CRPG, mais ils étaient surtout joués par des étudiants et d’autres personnes ayant accès à un ordinateur central (ou des abonnés à des services comme America Online ou CompuServe).

Bien qu’il ne soit pas du ressort de cet article de discuter des MUD en détail, il suffit de dire que l’attrait de ces jeux repose bien plus sur le plaisir de jouer avec d’autres personnes qu’autre chose. Un exemple en est le jeu original Neverwinter Nights, un jeu en ligne disponible sur AOL entre 1991 et 1997 qui était basé sur le moteur Gold Box de SSI. Plutôt que de s’enthousiasmer pour des histoires ou des quêtes, les joueurs passaient du temps à créer et à participer à un système de “guilde” créé par les joueurs ; l’essentiel de l’attrait du jeu consistait à se socialiser et à construire son statut social. En bref, la différence entre le MMORPG typique et le CRPG traditionnel est aussi nette que celle entre assister à une foire de la Renaissance et lire un bon roman fantastique.

Bien que les deux offrent une part non négligeable de plaisir, il n’est tout simplement pas logique de prétendre que les gens devraient préférer l’un à l’autre, ou qu’ils sont en quelque sorte équivalents. Tout comme un fan de RPG qui se respecte peut souhaiter éviter une foule de nigauds ivres à une “foire de Ren”, un fan de CRPG peut avoir des aspirations autres que d’être “pwné” par des adolescents avides.

Bien sûr, la question se pose de savoir si le CRPG solo autonome (sans dlc, sans extension) est toujours commercialement viable en tant que genre, et de nombreux fans de “oldschool” ont une opinion cynique à ce sujet. Il ne fait aucun doute que la culture du jeu sur PC a radicalement changé depuis que les joueurs se sont mis à jouer à Wizardry, The Bard’s Tale ou Curse of the Azure Bonds. Ces jeux avaient des courbes d’apprentissage abruptes et nécessitaient une longue durée d’attention, ce qui les fait paraître pittoresques et “démodés” par rapport aux jeux que l’on trouve aujourd’hui sur les étagères. De nombreux joueurs modernes trouvent que même Baldur’s Gate II est tout simplement trop réfléchi ; il ne fournit pas assez de rafales de tirs et de gratification instantanée pour les empêcher de s’endormir. Pouvez-vous imaginer ces gens prenant le temps de tracer un donjon sur du papier millimétré ou atteignant le niveau d’expertise tactique nécessaire pour finir Wizard’s Crown ?

Il y a eu un moment dans l’histoire du jeu où le CRPG était considéré comme le genre “hard”, celui qui nécessitait le plus grand investissement en temps et en énergie mais qui offrait les plus grandes récompenses. Il s’agissait de jeux pour les “hardcore”, les geeks de l’informatique qui étaient fiers de leurs connaissances ésotériques et de leur intelligence supérieure. Certains cyniques affirment que cela a commencé à changer avec la domination croissante des RPG sur consoles, qui, à la fin des années 90, influençaient davantage les CRPG que l’inverse (en effet, plusieurs RPG provenant de consoles ont été portés plus tard sur PC, et avec beaucoup de succès). Naturellement, l’adaptation du CRPG pour une utilisation sur console a nécessité des concessions dans presque tous les domaines, en particulier l’interface, qui devait être suffisamment simple pour fonctionner avec un contrôleur.

De même, ces jeux devaient s’adresser à un public beaucoup plus large que celui des jeux pour PC, dont les développeurs pouvaient s’attendre à beaucoup plus de connaissances techniques et de sophistication que leurs homologues sur console. Bien que la différence entre les consoles et les ordinateurs n’ait cessé de se réduire depuis l’époque de la “cinquième génération” ou de la PlayStation, de nombreux fans de CRPG à l’ancienne n’apprécient toujours pas l’influence japonaise marquée sur leur genre bien-aimé (Voir mon dernier article Kawaisa!: A Naive Glance at Western and Eastern RPGs).

NOTE de RPG Jeux Video : ce lien ne fonctionne plus. Comme exemple flagrant on pourrait prendre Baldur’s Gate et une version dérivée qui est arrivée sur PS2 : Baldur’s Gate: Dark Alliance et sa suite.

Pourtant, il y a encore beaucoup de joueurs qui jouent à Rogue et qui utilisent les classiques sur des émulateurs ou via de nouveaux services comme GameTap (NOTE DE RPG Jeux Vidéo : N’existe plus). Des jeux comme Oblivion, Dungeon Siege II et Neverwinter Nights II continuent d’apparaître dans les charts, et un chef-d’œuvre incontesté comme Knights of the Old Republic suffit encore à conquérir de vieux fans et à introduire des hordes de nouveaux joueurs dans le genre.

Je pense que la prochaine grande révolution des CRPG est pour bientôt, mais il est impossible de dire de quelle société elle pourrait provenir, ou quelle forme elle pourrait prendre. Cependant, je ne saurais trop insister sur le fait que les meilleurs CRPG de tous les temps ont été bien plus une question d’artisanat que de révolution, de rassemblement de paradigmes plutôt que de rupture. Comme Pool of Radiance, Baldur’s Gate ou Fallout, le prochain grand CRPG ne consistera pas tant à faire quelque chose de nouveau, mais à faire quelque chose de bien.

NDLR RPG jeux video : Si Matt Burton conclut ainsi son article en 2007, nous, on conclura cette traduction par ce nouvel article (à lire obligatoirement amis lecteurs) qui vous permettra de faire le tour du sujet une bonne fois pour toute.

Sur ce, bonne partie et longue vie à notre type de jeu préféré… car non, le RPG n’est pas mort …

Quand on voit le nombre de développeurs en activité, et de petits nouveaux plein d’idées innovantes, on peut se dire que l’on a encore beaucoup de progrès à faire pour obtenir réellement un RPG tel qu’on peut l’imaginer dans une version papier. Preuve en est dernièrement avec Disco Elysium qui a offert une approche du RPG vraiment novatrice.
Oui, on est certain qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’atteindre le nirvana.


NOTE DE RPG Jeux Vidéo : Les 3 articles de Gamasutra sont donc traduits et nous fermons ce sujet sur l’histoire des CRPG.

Comme vous le savez, le site se veut communautaire, donc si vous avez envie de rajouter votre patte à cette traduction, il vous suffit de nous envoyer vos propres commentaires (construits et détaillés) sur tel ou tel RPG et s’il est validé, il sera rajouté dans la partie la plus appropriée. Cela permettra de faire vivre cette article dans le temps, de consolider tout ce qui a pu être proposé par Matt Barton (qui n’est pas parole d’évangile, mais plus un très bon fil conducteur, car comme on a pu le voir, il est surtout axés sur les RPG d’origine américaine). C’est aussi pour cela que les articles ont été plus ou moins découpées en petites parties, afin si besoin de rajouter des informations.

De même, si vous trouvez des coquilles ou des erreurs, merci de nous les faire remonter. A vous de jouer maintenant, car après plus de 150 pages traduites et quelques centaines d’heures passées à compléter ce dossier, on se tourne vers l’avenir et on laisse ce dossier entre vos mains.


FIN ?

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

1 COMMENTAIRE

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Waylander

Merci pour la traduction. J’ai aussi lu l’article de merlanfrit et non le crpg n’st pas mort, la preuve le nombre de jeux que vous traitez et que l’on suit sur ce site. Longue vie aux RPG.

Tests et avis

Aperçu

1
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x