mardi, novembre 30, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #2 – Partie 11 : L’âge d’or (1985-1993)

Relire la partie 10

Cependant, d’autres développeurs n’ont pas tardé à suivre leur exemple. En 1990, SSI a publié le premier de ce qui allait devenir une trilogie de jeux “Black Box” : Eye of the Beholder, développé par Westwood Studios (anciennement Westwood Associates) et basé sur la 2ème édition des règles officielles de AD&D. D’abord disponible sur MS-DOS, puis sur l’Amiga, Mega-CD (avec une célèbre bande sonore de Yuzo Koshiro) et la SNES, Eye of the Beholder a été incontestablement influencé par le titre révolutionnaire de FTL.

Plus de 7 heures de Eye of the Beholder, cela vous dit ? (dos, 1991)

Les jeux se déroulent dans l’univers Forgotten Realms de TSR, le même univers que celui utilisé dans Pool of Radiance et ses suites. Comme dans Dungeon Master, le joueur contrôle un groupe de quatre personnages. Cependant, dans Eye of the Beholder, deux personnages non joueurs peuvent également se joindre au groupe. Une autre différence importante est que les joueurs peuvent créer leurs propres personnages plutôt que de les sélectionner dans un “vivier de héros”, comme dans DM.

Eye%20of%20the%20Beholder%20%28DOS%29 |  RPG Jeuxvidéo
Eye of the Beholder sous DOS. Toute ressemblance avec Dungeon Master est purement fortuite.

D’autres différences sont une boussole intégrée (les joueurs doivent trouver la boussole dans DM) et un système de sorts de type “slot”. Les joueurs choisissent les sorts qu’ils souhaitent que leurs mages mémorisent ou les clercs pour lesquels ils prient, puis “campent” jusqu’à ce qu’ils le fassent.

Eye of the Beholder II The Legend of Darkmoon Couverture

L’histoire du premier jeu est assez simple : une mystérieuse présence maléfique a été détectée sous la ville de Waterdeep. On sait peu de choses sur la nature de ce mal, mais le nom “Xanathar” semble pertinent. Naturellement, les personnages sont chargés d’enquêter, mais un effondrement soudain les laisse bloqués dans les égouts sous la ville.

Le second jeu, The Legend of Darkmoon (1991), a ajouté des zones extérieures et s’est davantage concentré sur la narration et l’interaction avec les PNJ (personnages non joueurs). Le plus important est peut-être que le deuxième jeu a une configuration de sauvegardes beaucoup plus conviviale ; au lieu de remplacer la seule partie sauvegardée par une autre sauvegarde qui l’écrase, les joueurs choisissent parmi six emplacements différents.

Bien que l’histoire commence aussi vaguement que le premier (vous devez explorer un mal mystérieux dans la Tour de Lune noire), la plupart des fans de la série considèrent The Legend of Darkmoon comme le meilleur du lot.

Eye of the Beholder III
Eye of the beholder III

Le jeu final, Eye of the Beholder III: Assault on Myth Drannor, sorti en 1993, n’a pas été développé par Westwood Studios, mais plutôt en interne par SSI. Il comporte de belles innovations, comme un bouton “ALL ATTACK” permettant à tous les personnages disponibles d’attaquer en un seul clic, et la possibilité pour les personnages se tenant à l’arrière d’attaquer avec des armes d’hast.

Cependant, c’est au dire de tous, une déception et une terrible façon de mettre fin à la glorieuse trilogie. Les coupables sont une histoire sans éclat, un jeu répétitif et une difficulté incohérente.

Hired%20Guns%20%28Amiga%29 |  RPG Jeuxvidéo
Hired Guns (Amiga). Je vais en prendre quatre, merci beaucoup.

Une autre entreprise imita la formule à succès de Dungeon Master : DMA Design, un développeur Amiga de premier plan. En 1993, l’éditeur Psygnosis a publié ses Hired Guns sur MS-DOS et Amiga.

Situé dans un monde sinistre et futuriste appelé Graveyard, Hired Guns est rapidement devenu le CRPG préféré de nombreux joueurs, et se retrouve dans d’innombrables palmarès “Best Of” des jeux Amiga. L’histoire est simple si elle est un peu tordue : quatre mercenaires sont engagés pour soi-disant sauver des otages, mais découvrent rapidement qu’ils ont été sélectionnés pour tester les prouesses de créatures mortelles génétiquement modifiées.

L’une des caractéristiques les plus populaires du jeu est son mode multijoueur, qui permet à quatre joueurs maximum de jouer en même temps, et un mode “deathmatch” permet de s’amuser longtemps après la fin de la campagne. Bien que de nombreux CRPG prétendent avoir des options “multijoueurs”, cela revient généralement à ce qu’un joueur assis au clavier prenne les ordres du groupe assemblé. Seuls quelques jeux avant l’essor des jeux en réseau local et sur Internet permettaient des contrôles plus directs.

Bien que Hired Guns soit l’un des plus célèbres, un exemple très précoce est Ali Baba and the Forty Thieves en 1981 de Quality Software, un jeu Atari 8 bits (porté plus tard sur Apple II) qui permettait de jouer simultanément à quatre. Un exemple plus tardif mais à peine moins obscur est Swords of Twilight, développé par Free Fall Associates et publié par Electronic Arts en 1989. Titre uniquement sur Amiga, Swords of Twilight est un jeu de rôle isométrique en temps réel qui permet à trois joueurs de jouer simultanément.

Swords Of Twilight, Commodore et Amiga 500

Le Bloodwych de Mirrosoft, publié par Konami, a également fait son apparition en 1989. Bloodwych, un jeu à la première personne dans la veine de Dungeon Master, était disponible pour une variété de plates-formes, et propose une option d’écran partagé pour que deux joueurs puissent profiter du jeu simultanément. Le jeu est également connu pour l’accent mis sur le dialogue avec les personnages non joueurs et les énormes cartes. Les développeurs (Philip M. et Anthony Taglione) ont ensuite créé une suite appelée Hexx: Heresy of the Wizard, qui a été publiée par Psygnosis en 1994.

Maintenant que nous avons couvert certains des nouveaux jeux et développements les plus révolutionnaires, terminons en jetant un coup d’œil sur ce qui s’est passé avec les deux séries fondamentales du CRPG, Wizardry et Ultima, ainsi qu’avec un nouveau venu important : Might and Magic.

Lire la partie 12.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

5 Commentaires

S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Earthfire

Salut merci pour tous ces articles, ça fait des bons souvenirs.

Je cherche à retrouver un jeu rpg. Alors j’ai pas trop d’indices. C’est de mémoire un jeu des années 90. Une sorte de dungeon Master futuriste. Je suis plutôt adapté des dungeon & dragon, mais celui là m’avait bien plut. Tu as 4 personnages, c’est des cyborg, chaque partie du corps peut être changé (la tête, les bras, les jambes, et le tronc) un peu comme des équipements quoi. il y avait pas mal de caractéristiques, de tactique. Voilà bon pas évident, je ne me souviens même plus du nom. Bon si ça dit quelque chose à quelqu’un.

OncPicsou

Salut,

Ce ne serait pas “Captive” par hasard ?

Earthfire

Yes c’est ça, je viens de voir les images, que de souvenirs. C’était un très bon jeux.

Merci pour le lien

Trop fort

OncPicsou

Avec grand plaisir 🙂

Tests et avis

Aperçu

5
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x