jeudi, décembre 2, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #2 – Partie 12 : L’âge d’or (1985-1993)

Relire la partie 11

Ultima, Wizardry, et Might and Magic à l’âge d’or

Naturellement, Sir-Tech et Origin ne se sont pas contentés de laisser tomber la première série CRPG. De 1985 à 1994, Origin a publié cinq nouveaux titres Ultima, et Sir-Tech nous a donné quatre ajouts de plus à Wizadry. Entre-temps, un nouveau développeur de CRPG, New World Computing, a lancé sa célèbre série Might and Magic en 1986, qui s’était étendue à cinq jeux à la fin de 1993. Commençons par Ultima et voyons comment la série a évolué pendant l’âge d’or.

L’âge d’or, Ultima: The Great Enlightenment

Ultima%20IV%20%28DOS%29 |  RPG Jeuxvidéo
Ultima IV sous DOS : Mais, vous voulez dire que ma personnalité n’est pas seulement une série de dés ?

Bien que certains fans d’Ultima considèrent Ultima III comme le meilleur jeu de la série, Ultima IV: Quest of the Avatar, sorti en 1985, est probablement mieux connu et admiré aujourd’hui. En effet, jusqu’en 1996, Computer Gaming World le désignait comme le n°2 des meilleurs jeux de tous les temps pour PC, et Richard Garriott (créateur d’Ultima) le cite comme l’un de ses deux jeux préférés de la série.

Il a certainement marqué un tournant dans la série, et a été reconnu comme tel – c’était le premier jeu de la trilogie “Le siècle des Lumières”. À partir de ce moment, Ultima sera surtout connu pour l’importance qu’il accorde à la moralité et aux questions culturelles et sociales importantes. Que signifie mener une bonne vie ? Si vous ne voyez pas en quoi cette question pourrait s’appliquer à un CRPG, vous avez des devoirs à faire !

L’aspect clé qui rend Quest of the Avatar unique est peut-être l’objectif inhabituel qu’il fixe au joueur. Presque tous les CRPG que nous avons l’intention d’énumérer ont pour objectif ultime de développer suffisamment de force, d’expérience et de ressources pour vaincre un ennemi surpuissant. Le “développement du personnage”, si on peut l’appeler ainsi, revient à gagner des niveaux et à modifier les statistiques. Quest of the Avatar s’écarte radicalement de cette norme, en demandant au joueur de se concentrer sur la moralité du personnage, réduite à huit vertus essentielles : l’honnêteté, la compassion, la valeur, la spiritualité, l’humilité, le sacrifice, la justice et l’honneur.

Ultima IV: Quest of the Avatar – Let’s Play Episode 01

Le jeu “punissait” en fait les joueurs qui agissaient de manière “hack’n slash”, qui pillaient et tuaient sans réfléchir. D’autre part, tous les CRPG peuvent être considérés comme des “quêtes d’amélioration personnelle”, et Quest of the Avatar ne fait que démontrer une nouvelle méthode pour atteindre l’ultime amélioration de ce type – l’illumination. La quête du personnage est de devenir un “exemple brillant” pour le peuple de Sosoria.

La différence entre Quest of the Avatar et les autres CRPG est évidente dès que le joueur essaie de créer un personnage. Au lieu de “lancer un dé” et de générer des statistiques, les joueurs répondent à une série de questions sur les dilemmes moraux. En répondant aux questions d’une manière ou d’une autre, le personnage devient un barde, un druide, un berger, etc.

Bien qu’il soit peut-être dangereux de spéculer sur l’impact réel que Richard Garriott pense que son jeu pourrait avoir sur les joueurs, la postface qu’il a rédigée pour le manuel semble claire : “Quest of the Avatar est la recherche d’un nouveau standard, d’une nouvelle vision de la vie vers laquelle notre peuple pourrait tendre. Nous recherchons la personne qui pourrait devenir un exemple brillant pour notre nation et nous guider de l’âge des ténèbres à “l’âge des lumières””.

Ultima IV : Quest of the Avatar (PC) – Introduction (Anglais)

Certains critiques prétendent que Garriott réagissait contre les stéréotypes selon lesquels les RPG sont nécessairement sataniques ou immoraux, et je pense qu’ils ont partiellement raison. On a beaucoup parlé du nouvel élément moral et philosophique du jeu, et les critiques contemporains ont loué Origin pour avoir apporté une nouvelle vitalité au genre.

Une autre innovation intéressante était le système de magie, qui exige que les mages trouvent des réactifs (des ingrédients comme le ginseng et l’ail) pour jeter des sorts. Cette activité de recherche de réactifs fait partie intégrante de nombreuses campagnes d’AD&D sur table, mais elle est absente de la plupart des CRPG, y compris des jeux “Gold Box” de SSI.

“POUR MOI, ULTIMA EST DEVENU PLUS QU’UNE SIMPLE COLLECTION DE PUZZLES À RÉSOUDRE, MAIS UN ENVIRONNEMENT, UN MONDE ENTIER SI VOUS VOULEZ, UNE PORTE D’ENTRÉE VERS UNE VIE PARMI LES PEUPLES ET LES CULTURES D’UN TEMPS ET D’UN LIEU DIFFÉRENTS.” – RICHARD GARRIOTT DANS UNE INTERVIEW PUBLIÉE DANS COMPUTER GAMING WORLD, JUILLET 1988.

Quest of the Avatar dépend aussi fortement des conversations avec les personnages non joueurs, dont certains peuvent même rejoindre l’Avatar dans sa quête (jusqu’à huit, soit un de chaque classe de personnage). D’une certaine manière, cela a lancé la (tristement célèbre) tradition des CRPG qui exigeaient littéralement des joueurs qu’ils essaient de parler à tout le monde. En conséquence, les joueurs devaient prendre de nombreuses notes s’ils espéraient progresser très loin dans le jeu – et c’est un jeu énorme, à ce niveau, estimé à quelques 150 à 200 heures pour le terminer.

Heureusement, les joueurs disposaient de nombreux moyens pour se déplacer dans le monde – chevaux, bateaux et “portes de la lune”, pour n’en citer que quelques-uns. Je dois également ajouter que ce jeu comprenait une carte en tissu et un petit ankh en métal, en plus de deux manuels. Au fait, les manuels de chacun des “jeux des Lumières” sont assez longs et chargés d’informations qui sont soit directement utiles, soit utiles pour établir le contexte des jeux.

NOTE de RPG Jeux Video : Plus d’informations sur Ultima IV: Quest of the Avatar, dans ce gros dossier.

Ultima IV : Quest of the Avatar (Apple II)

Par exemple, outre de longues discussions sur les vertus, l’éthique, le combat et la magie, le manuel d’Ultima V comprend les paroles d’une chanson intitulée “Stones”, écrite par Gwenllian Gwalch’gaeaf, épouse du célèbre musicien folk Iolo Fitzowen. En bref, si vous n’avez pas les documents imprimés qui ont été inclus avec ces jeux, vous passez à côté d’une grande partie de l’expérience d’Ultima.

Sur une note positive, cependant, c’est le seul jeu de la série qui est légalement disponible en téléchargement gratuit sur le net, et plusieurs équipes ont créé des versions qui sont beaucoup plus faciles à exécuter sur les systèmes d’exploitation modernes. Si vous êtes intéressé, n’oubliez pas de consulter le remake xu4, où vous pouvez également télécharger l’original gratuitement

NOTE de RPG Jeux Video : Un autre lien pour une version française chez un collègue.

Ultima V : Warriors of Destiny (Commodore 128) – Introduction (Anglais)

Le prochain épisode de la série, Ultima V: Warriors of Destiny (1988), est encore plus imprégné de moralité que son prédécesseur. Cette fois, le thème est le fondamentalisme. Un tyran maléfique nommé Blackthorn a pris le contrôle du pays de Britannia, et terrorise le peuple en appliquant un code moral trop strict (c’est-à-dire, “Tu donneras la moitié de tes revenus par charité, ou tu n’auras pas de revenus”). Bien que la plupart des éléments de base soient identiques à ceux du jeu précédent, l’écriture est ici plus soignée et plus professionnelle, et l’interaction avec les personnages non joueurs est plus significative.

Les joueurs devront être très attentifs à noter tout “mot-clé” potentiel qui pourrait déclencher une réponse cruciale de la part d’un personnage non joueur. La difficulté est d’autant plus grande que l’horloge détermine s’il fait jour ou nuit sur Brittannia. De nombreux événements ne peuvent avoir lieu que si l’Avatar est au bon endroit au bon moment ; un fait qui rend un livre d’indices presque indispensable.

Il existe d’autres différences importantes entre les deux jeux. Le nombre de classes a été réduit de 8 à 3 (combattant, barde et mage). Cette limitation se fait particulièrement ressentir, surtout lorsqu’il y avait des classes spécialisées dans certains domaine précis. Le système de magie a également été quelque peu remanié ; il est désormais possible d’acheter des réactifs dans les magasins, et le système de sorts est désormais structuré autour de huit “cercles” et de chaînes de syllabes.

Tout comme Dungeon Master, les joueurs peuvent désormais affiner leurs sorts en combinant différentes séquences d’incantations magiques. Le système de combat est également plus réaliste et plus complexe, et les personnages peuvent même frapper accidentellement leurs camarades ! Ultima V: Warriors of Destiny marque également quelques tournants importants : c’est le dernier de la série à avoir vu le jour sur l’Apple II et la dernière fois que Garriott a pris part au codage.

NOTE de RPG Jeux Video : Plus d’informations sur Ultima V: Warriors of Destiny, dans ce gros dossier.

Ultima VI : The False Prophet (PC) – Introduction (Anglais)

Ultima VI: The False Prophet est sorti en 1990 pour MS-DOS, et a marqué la fin de la trilogie de “l’âge des lumières”, commencée avec Quest of the Avatar. En 1990, l’Apple II montrait vraiment son âge, et Origin était convaincu que les IIgs d’Apple n’avaient tout simplement pas une base d’utilisateurs assez large pour justifier son attention. Ultima VI: The False Prophet a profité des nouvelles cartes VGA du PC, dont Origin a très bien déterminé qu’elles marqueraient le début de la fin des plateformes concurrentes.

Cependant, bien que le jeu présente des graphismes améliorés par rapport à ses prédécesseurs, il est en fait plus limité à certains égards : les donjons, par exemple, sont entièrement rendus en 2D, ce qui est en quelque sorte un recul par rapport au passage à la 2D/3D des jeux précédents.

L’interface a également été nettoyée, et l’ancienne liste alphabétique des commandes a été remplacée par un nouveau menu simplifié. Les joueurs contemporains ont été impressionnés par la taille immense du monde, qui était toujours affiché à l’écran avec les personnages (c’est-à-dire qu’il n’y a pas de mode “carte du monde”).

ULTIMA VI: The False Prophet ‘Gameplay sur PC (1990)

L’interaction est renforcée par de petits portraits des interlocuteurs, et les mots clés sont marqués en rouge pour faciliter la reconnaissance. Une abondance de “cinématiques” ajoute également à l’ambiance. Les villes et les villages sont également plus peuplés et semblent plus réalistes. Outre l’assortiment habituel de tavernes et de forgerons, il y a aussi des tisserands et des boulangers qui exercent leur métier.

De même, des objets comme les chaises peuvent être déplacés, et les murs et les portes ont des “points de vie” et peuvent être détruits. Un joueur enclin peut même moudre du blé pour en faire de la farine et faire du pain ! Enfin, les “monstres aléatoires” ont disparu et il existe des limites raisonnables concernant le moment et le lieu où le groupe peut être attaqué.

Ultima%206%20%28DOS%29 |  RPG Jeuxvidéo
Ultima 6 (DOS). Les gargouilles viennent de tuer un tas de gens. WWJD (« Que ferait Jésus ) » ?

L’impératif moral repose cette fois-ci sur le racisme et la xénophobie. Le joueur doit apprendre à connaître une culture étrangère et explorer les questions qui relèvent du relativisme culturel. Cependant, certains joueurs ont estimé que l’histoire n’était pas très précise et ont critiqué le gameplay, estimant qu’il était trop lourdement orienté dans de petites quêtes secondaires. Bien que le combat ne soit pas particulièrement difficile, les joueurs peuvent facilement se retrouver à errer sans but, sans objectif précis, ni direction à prendre.

NOTE de RPG Jeux Video : Plus d’informations sur Ultima VI : The False Prophet, dans ce gros dossier.

Malgré tout, le jeu a été un succès et est toujours apprécié par de nombreux fans, bien que le jeu suivant, Ultima VII : La Porte noire et Serpent Isle, le premier des jeux de “l’âge d’Armageddon” (“Age of Armageddon”), présente une refonte graphique et des contrôles qui tendent à faire pâlir les performances de The False Prophet en comparaison. Je parlerai des jeux d’Armageddon dans notre prochain épisode, alors restez à l’écoute ! Maintenant, tournons notre attention vers la série Wizardry.

NOTE de RPG Jeux Vidéo : Retrouvez aussi un gros dossier sur Ultima VII via ce lien.
Quand on voit le nombre de développeurs en activité, qui restent inspirés par Ultima VII comme Sven Vincke ou encore Raphaël Colantonio, on se dit qu’Ultima VII est LE RPG qui a marqué les esprits et qui reste dans toutes les têtes des rôlistes de l’époque. Du coup, ce serait vraiment une très bonne idée qu’un remake/remaster de ce RPG sorte.

Lire la partie 13.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Tests et avis

Aperçu

0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x