samedi, juin 19, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #2 – Partie 3 : L’âge d’or (1985-1993)

Relire la partie 2

L’aube de l’âge d’or

Si vous étiez un fan du CRPG vivant en 1985, vous étiez l’un des joueurs les plus chanceux de l’histoire. Jamais auparavant un tel torrent de titres commerciaux de haute qualité n’était apparu simultanément sur les rayons. Le plus important d’entre eux a peut-être été le lancement du jeu d’InterplayTales of the Unknown Vol. 1 : The Bard’s Tale – qui a introduit la célèbre trilogie Bard’s Tale.

Tales of the Unknown – Volume One : The Bard’s Tale (Commodore 64) – Introduction anglaise

Bien qu’il y ait certainement eu d’excellents CRPG avant lui, The Bard’s Tale (NDLR de RPG jeux-vidéo : la version remasterisée de ce jeu est sortie en août 2018) était suffisamment intuitif et addictif pour attirer un grand public, sans doute en partie grâce à la puissance marketing de son éditeur, Electronic Arts. L’année 1985 a également vu le lancement de la série Phantasie de SSI, ainsi que leur jeu Wizard’s Crown. Bien que SSI n’ait pas atteint son zénith avant d’avoir acquis l’inestimable licence de TSR et commencé à commercialiser les jeux officiels d’AD&D, ses premiers jeux sont loin d’être minables.

“Il fut un temps où tout jeu de fantasy sur ordinateur devenait un best-seller immédiat en raison de la popularité du genre et de la rareté de tels produits. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : les jeux de fantaisie sur ordinateur sont en concurrence sur un marché d’acheteurs où ils doivent répondre à certaines normes s’ils veulent vendre”. -James V. Trunzo, Compute!, août 1987

Parmi les autres jeux importants de 1985, citons Ultima IV : Quest of the Avatar, ainsi qu’Autoduel, tous deux provenant d’Origin Systems. Alternate Reality : The City de Datasoft offre aux joueurs une alternative au thème traditionnel des épées et de la sorcellerie dans les CRPG. En bref, 1985 et 1986 ont été parmi les années les plus formidables pour le CRPG, et il y a beaucoup de développements importants à couvrir. Commençons donc par The Bard’s Tale trilogy.

Dans et hors de Skara Brae

The Bards Tale 1 |  RPG Jeuxvidéo
Couverture du premier épisode de la licence The Bard’s Tale. Retrouvez plus d’informations sur le jeu ici.

Bien que les séries Ultima et Wizardry aient fait plus pour établir les conventions de base du CRPG, c’est Interplay qui a vraiment affiné et démontré que le genre n’était pas réservé aux joueurs “hardcore”. Tales of the Unknown Vol. 1 : The Bard’s Tale, sorti en 1985 pour le Commodore 64 et Apple II (les portages pour d’autres plateformes suivront jusqu’en 1990), est probablement le premier CRPG que de nombreux lecteurs reconnaîtront de leur jeunesse.

En effet, l’attrait indéniable de The Bard’s Tale pour le grand public n’a probablement pas été égalé par une autre société avant Blizzard et son Diablo en 1997. Le jeu a connu un tel succès que Baen Books a lancé une série de huit romans basés sur les jeux, dont certains ont été écrits par des auteurs fantastiques aussi connus que Mercedes Lackey ! Bien que le dernier jeu Bard’s Tale soit sorti en 1991, en 2004, Brian Fargo et InXile Entertainment ont relancé la franchise avec une “suite spirituelle” pour la PS2, la Xbox et Windows. Mais qu’est-ce qui a rendu cette série si durable ?

“QUAND LES CHOSES SE COMPLIQUENT, LE BARDE VA BOIRE.” – DU MANUEL D’INSTRUCTION DE The Bard’s Tale

Après tout, comme Wizardry, le premier Bard’s Tale est un jeu difficile, même pour les joueurs experts en D&D. La difficulté est particulièrement ressentie au cours de la phase initiale cruciale du jeu, lorsque les personnages du joueur (jusqu’à six) sont faibles, mal équipés et inexpérimentés. Je ne me souviens plus combien de fois j’ai créé un groupe d’aventuriers pour les voir tous périr dans une rencontre au hasard avant d’arriver à la boutique d’armes de Garth !

Le jeu manque aussi d’éléments narratifs et d’histoires : il s’agit d’un “Dungeon crawler” qui met l’accent sur la lutte contre contre des monstres lors de rencontres aléatoires, la création de statistiques et d’inventaires des personnages et la cartographie des donjons. À bien des égards, le jeu est simplement une mise à jour de Wizardry avec de meilleurs graphismes et un meilleur son.

En effet, certaines versions du jeu permettent même aux joueurs d’importer leurs personnages de Wizardry ou d’Ultima ! L’histoire, qui consiste à trouver et à éliminer un sorcier maléfique nommé Mangar le Noir, qui menace la ville de Skara Brae, n’a rien de nouveau. La seule véritable innovation est peut-être l’ajout d’un personnage de barde, une sorte de touche-à-tout qui pourrait interpréter des chansons joyeuses pendant les combats et l’exploration des donjons.

Les classes proposées aux utilisateurs de magie étaient également sophistiquées ; les joueurs commençaient comme de simples prestidigitateurs ou apprentis magiciens, mais pouvaient évoluer en sorcier et en magicien confirmé. Les joueurs vraiment ambitieux pouvaient même combiner tous ces éléments pour créer de redoutables archimages…

Néanmoins, quiconque a joué au jeu pendant un certain temps découvre qu’il est bien plus que la somme de ses parties. Il y a juste une qualité indéfinissable qui émane de l’ensemble. Il ne fait aucun doute qu’une grande partie de la jouabilité du jeu est due à une interface claire et à des graphismes aux couleurs éclatantes avec beaucoup d’animations.

Même les joueurs novices peuvent apprendre les règles du jeu en quelques sessions, et si les personnages peuvent survivre pour prendre quelques niveaux, la difficulté se réduit considérablement – il est assez gratifiant de se lancer dans la chasse aux monstres qui ont fait un repas de vos anciennes équipes.

De plus, la possibilité de voyager à l’extérieur comme à l’intérieur donne une certaine cohérence au monde du jeu. Contrairement à d’autres CRPG dans lesquels les villes et les villages n’étaient guère plus que des endroits où l’on pouvait acheter de l’équipement, Skara Brae était un véritable lieu de vie. Encore une fois, cette cohérence est presque certainement un effet de la richesse graphique du jeu. Même si les graphismes semblent primitifs aujourd’hui, en 1985, ils étaient époustouflants. Chaque bâtiment de Skara Brae avait l’air d’y avoir sa place.

Lire la partie 4.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

3 Commentaires

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Waylander

J’ai rejoué au remake de bard’s tale, il n’ y a pas si longtemps et c’est vrai que l’histoire reste minimaliste et j’avais oublié les monstres qui réapparaissent régulièrement. Par contre l’automap qu’il ont créé est vraiment parfaite.

Earthfire

En fait, un des éléments qui fait que je crois que bard’s tale est additif, c’était le fait que tu pouvais rester bloquer sur une énigme des hrs, et trouver la solution plusieurs jours après. Maintenant des qu’on est bloqué, on cherche un peu et au bout d’un moment, on va voir les forums avec les solutions.. Ça fait moins de charmes,

trackback

[…] Relire la partie 3 […]

Tests et avis

Aperçu

3
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x