samedi, juin 19, 2021

PRESENTATION : Valheim, avis et feuille de route

Parfois, on vous présente un jeu de survie en monde ouvert avec des éléments de RPG. On ne le fait que si le jeu, dont les principales caractéristiques sont souvent le online et la jouabilité à plusieurs, propose un mode offline et/ou la possibilité de jouer en solo, comme peuvent l’être 7days to die, Conan Exile, Ark ou encore Empyrion – Galactic Survival. Mais il en existe bien d’autres encore. Et aujourd’hui, on va vous présenter Valheim qui vient de sortir en accès anticipé. Promis, cette récréation un peu hors RPG sera la seule news à son sujet.

Trailer atmosphérique…

Développé par Iron Gate AB et édité par Coffee Stain Publishing, ce petit jeu par la taille (moins de 750 Mo) vous propose une grosse aventure dans le monde des vikings. Arrivé le 2 février sur Steam, et pas la peine d’en dire plus sur sa description et ses caractéristiques, tout est dit sur cette plateforme de vente.

Pour une petite production, il offre tout de même une immersion et une jouabilité aux petits oignons que bien des grandes devraient copier. Avec un monde généré procéduralement et une vue à la troisième personne avec zoom et dézoom, la survie et le craft sont bien pensés, et le combat offre tout ce qu’il faut avec un système d’esquive et de roulade, une attaque normale et une puissante. Il y a même un système de furtivité et un pseudo scénario qui vous fera voyager dans le monde que vous aurez créé.

Comme Dungeon Siege, vos compétences augmenteront automatiquement à condition que vous les utilisiez. L’aide tout au long du jeu sous forme de corbeau, est bien amenée, et surtout, attention à la chute des arbres ! Cela fait partie de son charme, car une chute d’arbre peut en entraîner une autre, voire votre propre mort !

… ou trailer puissant ? Faites vote choix. Nous on vote pour la puissance par Odin !

Valheim est facile à prendre en main, complètement ensorcelant, même si bien entendu, il a parfois quelques soucis de caméra avec des vues cachées par le décor, et des graphismes datés. Il n’empêche qu’il vous promet quelques heures de jeu, et encore plus à plusieurs en coopératif, et il remplacera facilement Rune II si ce dernier vous a déçu.

Du gameplay pour tout comprendre

Quant à savoir ce qu’il en est de la suite de son développement. La feuille de route pour 2021 vaut bien mieux qu’un long discours.

a546c49f775da028cc0fc5cd1349565b81e14c8c |  RPG Jeuxvidéo

16.02.2021 : Rajoutons l’avis de Valandryl qui est très différent :

Valheim se pose sur un segment sur lequel la concurrence est très lourde : les jeux de craft/survie. La question qui doit donc se poser est : pour quelle raison jouerais-je à Valheim plutôt qu’à, par exemple, Conan Exiles ? Et pour moi la réponse est : aucune.

En fait, je pense simplement que le jeu n’est pas mauvais, je n’en suis juste pas la cible. Valheim se pose en jeu de survie, et ces éléments sont extrêmement minces et sans profondeur : pas de soif. Quant à la faim, vous mangez une framboise, un champignon et une viande par jour et vous êtes au top du top. Et voilà. Le froid ? il limite votre régénération d’endurance, c’est tout. C’est très light, et je n’ai jamais senti le moindre stress par rapport à la survie, incroyablement aisée.

Les combats ? Ils sont rapides et ultra simples. Vous affrontez 4 mobs ? Bah, vous perdez 10 de vos 70 pv et voilà, vous tuez tout le monde. Pas de système compliqué à la Conan Exiles avec combos etc. Ici, vous tapez avec clic gauche et ça meurt très vite. Bien sûr les esquives existent, mais vous n’en avez juste jamais besoin. C’est trop facile, là encore.

Le craft requiert peu d’ingrédients. Fini Conan et ses 540 pierres pour faire votre fourneau, ici un établi c’est quoi ? 10-20 bois maximum. Réparer les objets et constructions ne coûte rien. Bref, pas besoin de farmer les ingrédients.

Sur le plan technique, ça tourne pas mal, même si la physique du jeu est très discutable (murs qui ne touchent pas le sol par exemple). Bon, les graphismes sont très faibles, cela aide pour un open-world.

Point essentiel pour moi sur un open-world : l’immersion. Je n’en ai pas trouvé sur ce titre. Les décors semblent très génériques, la musique est cool, certes c’est reposant mais on a l’impression que le jeu est une balade déstressante, ce qui est d’ailleurs appuyé par le manque de difficulté initiale. J’aurais aimé me sentir happé par ce monde, hélas il n’en a rien été.

Au final : un jeu au combat facile, au système de “survie” tellement light que c’est dur de le classer en jeu de survie, un système de craft qui demande peu de farm, au moins sur les premières heures. Ca semble trop facile, trop rapide et trop creux par rapport à la concurrence.

Et, pour finir, je vous vois venir : “t’as joué qu’1h30”, oui, mais quand un jeu veut vous divertir pendant des centaines d’heures, il faut déjà qu’il vous donne envie de continuer à jouer au-delà de la première heure. Au bout d’une heure sur la première partie j’ai déjà une cabane, un lit, un établi, un coffre, des trophées, une cuisine et de quoi me nourrir 8 jours grâce à mon arc qui tue tout ce qui bouge. Qu’est-ce qui va me motiver à y rejouer et y passer 150h ? Celui-ci n’a pas la profondeur que je cherche sur des jeux de ce type.

4 Commentaires

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
thimic51

Hello !!!

Je l’ai pris et moi qui normalement ne suis pas trop adepte de tout ce qui y est présenté et/ou représenté m’a conquis. Petit à petit je comprends le mécanisme et c’est plutôt pas mal c’est vrai…

Merci pour pour le post et bonne continuation…

trackback

[…] ou quoi ?! On appelle cela une preview ou un aperçu tout simplement, comme on l’a fait ici. Il nous avait déjà fait le coup avec Baldur’s Gate 3, et il récidive. Tout cela pour […]

Autres news

4
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x