Mars : War Logs est un jeu au passé houleux. Annoncé à la Gamescom de 2009, son développement avait été stoppé début 2010 faute de trouver un éditeur. Mais Focus Interactive est arrivé et a permis à Spiders Games de nous livrer son RPG à l’ambiance post-apo en avril 2013 ! Sorti sur PC pour une vingtaine d’euros et prévu en mai sur PlayStation 3 et Xbox 360, RPG France vous livre son test sur ce RPG petit, mais costaud.

Le Roy de la Tempérance

Voilà deux siècles que la planète Mars a été colonisée et rendue habitable par les premiers colons. Le jeu commence alors que la guerre déchire la planète rouge. Les forces d’Aurora affrontent celles d’Abondance dans de violents combats. Parmi les soldats se trouve le jeune Innocence. Il est en effet chose commune chez Aurora que de porter un nom de vertu comme prénom. Innocence se retrouve donc capturé et jeté dans un camp de prisonniers appartenant à Abondance. A peine arrivé, il se fera menacer par un gros gaillard pervers et c’est à ce moment que Roy, héros du jeu et personnage que vous contrôlerez, entre en scène.

Roy s’appelait à l’origine Tempérance, mais comme vous le constaterez en progressant dans le jeu, il est surtout le genre de type qui ne se laisse pas faire quand quelque chose ne lui plait pas. Il s’est ainsi lui-même renommé Roy, rejetant cette tradition qu’il trouve grotesque que de porter un nom de vertu, qui en aucune façon fera de celui qui le porte quelqu’un de bien. Et si la planète Mars comporte quelques habitants dignes de confiance, elle regorge également de raclure en tout genre.


Mais revenons a nos deux compères, Roy et Innocence, qui vont rapidement décider de planifier leur évasion du camp de prisonniers, où la vie n’est pas toujours très agréable. C’est ainsi que débute l’histoire. Votre première tâche consistera donc à vous évader du camp pour rejoindre Havre d’Ombre, la ville d’origine de nos deux personnages. Ce sera bien entendu l’occasion de réaliser de nombreuses quêtes pour progresser dans cette voie, mais également diverses quêtes secondaires qui parfois viendront même influencer certains éléments de l’histoire.

Les choix et conséquences sont au centre de Mars War Logs. La plupart de vos actions auront un impact sur votre réputation et vos choix de dialogues, souvent irréversibles peuvent avoir une conséquence directe sur la manière de résoudre une quête. En effet, il n’est pas rare que ces dernières, tant les principales que les facultatives, vous proposent plusieurs dénouements possibles, chose qui fait toujours plaisir dans un RPG.

Mars et ça repart

Autre point doublement important : le jeu ne nous cantonne pas à de simples quêtes FedEx sans saveur. Chacune a sa raison d’être, son histoire. Parfois il vous faudra enquêter pour avancer, d’autres fois, il faudra prendre partie et faire des choix qui pourront par la suite avoir une influence sur d’autres quêtes. Si la qualité des dialogues est un peu inégale, vous avez néanmoins la possibilité de questionner certains PNJ, afin d’en apprendre plus sur eux ou sur l’univers du jeu. Le jeu vous pousse vraiment à explorer chaque zone et à parler aux personnages clés pour déverrouiller de nouvelles quêtes.

Vous vous en doutez, Mars : War Logs ne se résume pas non plus à de la parlotte. Il faudra aussi savoir en venir aux mains pour résoudre certaines situations. Les combats, un des points forts du jeu, arrivent à proposer du challenge, avec des possibilités d’approches tactiques variées. Parmi les actions de base, vous pourrez déséquilibrer votre adversaire, parer ses coups, contre-attaquer, faire des roulades d’esquive ou encore lui jeter du sable au visage pour l’aveugler. En plus, les différentes compétences que vous débloquerez vous permettront de personnaliser votre style de jeu, mais j’y reviendrai un peu plus tard.


La plupart du temps, vous aurez avec vous un compagnon qui sera là pour vous prêter main forte dans les combats. Vous pouvez lui donner quatre ordres distincts : se défendre, attaquer la cible la plus proche, attaquer votre cible ou attaquer la première cible qui possède une arme à distance. Parfois cela pourra vous aider, mais bien trop souvent, les compagnons auront tendance à agir de manière suicidaire et tomberont à terre très rapidement. La bonne nouvelle, c’est que vos compagnons se relèvent à la fin d’un combat, mais ce ne sera que pour mieux tomber au combat suivant.


L’IA des ennemis est par contre beaucoup plus agressive et efficace. Si vous vous faites encercler, on ne donnera pas cher de votre peau ! Les ennemis disposent de la plupart de vos actions, ils peuvent également vous déséquilibrer, esquiver vos coups ou attaquer à distance. Il faudra également varier vos techniques de combat pour toujours les surprendre et garder l’avantage.

Pour en revenir à vos compagnons, sachez que vous pourrez débloquer des romances avec certains d’entre eux. Comme souvent, il s’agira de discuter avec eux et de faire les bons choix. Les dialogues avec vos compagnons sont d’ailleurs l’occasion d’en apprendre plus sur eux, et encore une fois sur l’univers du jeu. Le jeu dispose également de personnages secondaires assez sympathiques, mais attendez-vous également à dialoguer avec une armée de clones. Rien d’handicapant, mais cela pourrait freiner votre immersion, quand le brigand que vous venez de corriger à la même tête que ce marchand qui vous demande un service.


Mars : War Logs est divisé en trois environnements principaux, correspondant à trois grands chapitres dans le déroulement de l’histoire. Chaque lieu comprend plusieurs zones que vous pourrez visiter plus ou moins à loisir selon votre progression dans la quête principale. Un autre petit point noir à soulever : certaines quêtes vous obligeront à effectuer plusieurs aller-retours entre ces différentes zones de jeu, qui viendront parfois ralentir le rythme

Mission to Mars

Pour mener à bien votre combat, il faudra vous préparer correctement, en commençant par bien vous équiper. Le jeu vous permet d’avoir une arme de corps à corps et une armure que vous pourrez ensuite améliorer à l’aide d’un système de craft (artisanat à partir de matières premières) pour le moins efficace. Ainsi, vous pourrez ajouter à votre armure des épaulières, des gants et des genouillères afin d’améliorer votre défense, votre régénération de santé, etc. Vous pourrez également améliorer votre arme pour qu’elle fasse plus de dégâts où qu’elle inflige des blessures sanglantes.

Outre votre équipement, le système d’artisanat vous permettra également de créer des injections de soins, des munitions pour votre pistolet à clous et même des explosifs si vous débloquez la compétence associée. Bien sûr, armes, armures et ingrédients pourront être récupérés dans des coffres ou des tas de débris, mais le moyen le plus simple, mais le plus cher, restera de vous les procurer chez un marchand en échange de sérum, qui fait office de monnaie dans le jeu.


Être équipé c’est bien, mais savoir se battre, c’est encore mieux ! Comme tout RPG qui se respecte, vous accumulerez des points de compétences et gagnerez des niveaux en complétant des quêtes et en combattant des ennemis. A chaque niveau, vous gagnerez un point de trait de caractère et deux points de compétences. Les points de trait vous permettront d’activer les traits de caractères de votre personnages lui conférant différents bonus, comme gagner plus d’expérience, ramasser plus d’objets lors d’une fouille, etc. Mais il faudra avoir au préalable débloqué le trait correspondant en remplissant une condition précise, comme avoir vaincu un certain nombre d’adversaires ou avoir fouillé un certain nombre d’entre eux pour reprendre les précédents exemples.

Les points de compétences, quant à eux, s’utilisent dans l’arbre de compétences. Au début du jeu, vous n’aurez accès qu’aux branches “Renégat” et “Combattant”, puis vous débloquerez un peu plus tard l’accès à la branche “Technomancie”. “Combattant” vous donne accès à des compétences liées à l’attaque et à la défense brute. Vous pourrez ainsi améliorer l’efficacité de votre armure ou de vos contre-attaques. “Renégat” vous permettra d’améliorer votre attaque à distance ou encore votre discrétion. Vous pourrez même débloquer un moyen d’assommer vos adversaires par surprise. “Technomancie” vous donne accès à différents sorts tous très utiles : une onde de choc, une décharge électrique, un bouclier d’énergie, et la possibilité de charger votre arme.


Les différents menus vous donnent donc accès à votre inventaire, vos traits, vos compétences mais vous avez également accès à une carte, ainsi qu’à votre journal de quêtes détaillé, prenant en compte vos choix et les conséquences associées.

War never change

Visuellement, le jeu profite d’une bonne direction artistique même si celle-ci aurait gagné à avoir un peu plus de personnalité. Certains éléments vous paraîtront peut-être trop “génériques”. Les graphismes restent néanmoins corrects. Ce n’est pas la grosse claque, mais le Silk Engine, le moteur maison de chez Spider Games​, arrive à nous proposer des environnements convaincants. Le jeu souffre par contre d’animations parfois très rigides et manquant de naturel. Encore une fois rien de très gênant, mais cela fera tiquer les joueurs attentifs à ce genre de détails.

Concernant l’ambiance sonore, les bruitages sont de qualité, mais les musiques trop discrètes. Les musiques des combats seront les seules que vous entendrez et elles se résument à quelque chose d’assez classique à base de percussions. Pourtant, le thème du menu principal est très réussi et le jeu aurait gagné à proposer ce type de musique lors de l’exploration de certains lieux.


Après vous avoir présenté Mars : War Logs, les plus expérimentés d’entre vous ont du constater à quel point le jeu s’est inspiré des grands noms du RPG. Des choix et conséquence avec un système de combat qui n’est pas sans rappeler The Witcher 2. D’ailleurs, ici aussi il s’agira de prendre parti pour un camp avec un troisième acte au déroulement différent. La narration en monde semi-ouvert avec différents environnements est très semblable à ce que proposait Deus Ex Human Revoltion. Le jeu se fend même d’une petite référence à Skyrim et sa célèbre flèche dans le genou. Si l’univers du jeu n’est pas assez mis en avant, il reste néanmoins très riche et inspiré encore une fois des écrits d’auteurs célèbres de la science fiction (Philip K. Dick, si tu nous entends…).

Néanmoins, si le scénario prendra petit à petit des allures de complot, je dois dire que j’ai été légèrement déçu par le dénouement de l’histoire. Cependant, il me tarde de recommencer le jeu, car si je l’ai bouclé une première fois en douze heures, sa grande rejouabilité me permettra de profiter d’une autre conclusion qui me siéra peut-être mieux !

Il ne faut pas se leurrer, Mars War Logs souffre quelque peu de son manque de moyens et d’ambition sur certains points. Néanmoins, si on passe outre les lacunes techniques, il vous proposera tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un bon RPG. Des choix et conséquences, un arbre de compétences riche, des combats exigeants, des quêtes intéressantes à résolutions multiples, des compagnons de combat, et j’en passe.

Il bénéficie en outre d’une bonne rejouabilité et l’on retournera avec plaisir tenter d’autres choix au côté de Roy et de ses compagnons de fortune sur la planète rouge. Pour le prix proposé, Mars est clairement un incontournable du genre si vous êtes amateur de RPG pure souche.

+ L’aspect role play
+ Les choix et conséquences
+ La bonne rejouabilité
+ L’arbre de compétences fourni
+ Les combats exigeants

Note RPG 4 sur 5
Note testeur 08 sur 10

– Techniquement moyen
– Les aller-retours
– Le dénouement de l’histoire

La vision de Caparzo :
Mars : War Logs est loin d’être parfait à cause de ses graphismes un brin vieillots, de son gameplay incertain ou bien de ses interactions plus que limitées. Pour autant, Mars : War Logs nous offre tout ce que l’on peut demander à un RPG de notre époque, c’est à dire une bonne histoire, de nombreuses compétences ou bien encore une direction artistique qui fait vraiment plaisir à voir, mais il faut aimer l’ambiance cyber punk. Voici donc pourquoi le dernier né de Spiders est une titre à absolument posséder en cette année 2013.
07/10

La vision de Killpower :
Ha… cette société Spiders... qu’est ce que je les apprécie ! Avec cette directrice toujours aussi sympathique et envoûtante en interview quand elle parle de ses jeux. Ce n’est pas un hymne à l’amour mais une marque de respect pour un studio français qui nous propose des RPG avec une âme et toujours des qualités. Malheureusement, ce studio qui essaye de se démarquer avec des idées de génie, voit souvent trop grand et bloque à cause de ses moyens limités.

Et Mars War Logs en est un parfait exemple! On a envie de grandeur dans ce RPG à l’atmosphère bien typée science fiction. Malheureusement, au bout d’une dizaine d’heures, vous avez fini et vous ne pouvez que regretter de passer à autre chose même si la possibilité de rejouer pour découvrir un autre embranchement du scénario est bien là. 

Un jeu 3D de bonne qualité avec une vue à la troisième personne dans une prison de Mars dont l’objectif est de vous évader de ces niveaux labyrinthiques, mais assez petits, sûrement dus à un portage sur des machines limitées à l’époque -les consoles- nous sommes en 2013 lors de sa sortie. Avec un peu de craft, une évolution aux points d’expérience très limitée, et une gestion des combats, principalement au corps à corps, en temps réel mais avec ralentissement quand vous allez dans votre inventaire, le jeu est immersif.

Alors oui, Mars War Logs est bien. C’est une histoire attachante avec une narration mature. Néanmoins, on aurait aimé plus. Spiders réussit avec des moyens limités là ou d’autres échoueraient avec beaucoup plus. Il n’empêche qu’on reste sur sa faim, comme lorsque l’on va au fast food, que l’on se gave d’un burger et que l’on ressort aussi affamé que lorsque l’on est entré.
08/10

Ancien rédacteur pour RPGFrance. Ancien responsable administratif de RPGFrance.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments