Le corps s’agite sur l’autel. Les bougies vacillent comme dans le vent. Les ombres dansent sur les murs de la caverne. Les loups hurlent quelque part dans la forêt, et les chauves-souris volent aveuglément contre le plafond, comme si elles avaient peur. Elles sentent quelque chose, qui vient de l’autre côté du voile. Les mortels du village tremblent dans leurs lits. Une silhouette étrange entre dans leurs sombres rêves.

Les pêcheurs ne dorment pas, cependant, sur les rives de la rivière Gnelm. Toute la nuit, ils ont prié sur leurs autels primitifs en os, suppliant leur divinité de les guider. Mais le maître des lacs et des rivières est silencieux. Tout comme le seigneur elfe des bois. Les divinités savent ce qui est arrivé depuis le vide noir qui s’étend infiniment au-delà du royaume des vivants.

De longs siècles ont passé. Les chaînes ont été brisées. Le Dieu est revenu.

Un monde à brûler

La lumière est presque aveuglante au début ; les sons sont étrangement vivants – après la longue obscurité et le silence de l’oubli. Vous émergez de la grotte et regardez la forêt après la pluie. Les feuilles bruissent dans le vent. Derrière vous, une longue chaîne de montagnes s’élève au-dessus des nuages. Vous respirez l’air frais. Cela fait si longtemps.

Un monde que vous avez quitté il y a si longtemps vous accueille à nouveau. Avec ses forêts et ses collines, ses villages et ses villes ; ses paysans qui travaillent dans les champs et ses poissons qui dansent dans les rivières d’un bleu limpide. Banal ou étrange, sauvage ou civilisé – partout autour de vous, il y a de la vie. Une vie à supprimer.

Il y a tant de choses ici – tant d’endroits vers lesquels voyager par les routes sinueuses du royaume. Ou, si les routes et les villes ne sont pas à votre goût, un feu de camp et une tente dans la nature peuvent vous servir tout aussi bien. Il y a vraiment tout un monde ici, avec ses histoires et ses mystères. Avec des salles souterraines profondes et des déserts lointains. Avec des jours lumineux et des nuits froides, pleines d’ombres.

Une lame, faite d’os

Pourtant, vous restez aveugle à sa beauté. Un seul objectif vous anime désormais : la vengeance. Avec suffisamment de sacrifices, votre ancienne puissance sera restaurée et vous serez alors prêt à reprendre ce qui vous appartient. Les mortels se défendront, bien sûr. Vous regardez la lame ensanglantée dans votre main. Pas la meilleure arme, mais elle fera l’affaire. Pour l’instant.

Au fur et à mesure que vous deviendrez plus fort, votre arsenal de destruction augmentera également en puissance. Bientôt, vous échangerez la lame d’os primitive contre une arme plus appropriée. Une épée en acier et un bouclier solide, pris à un marchand malchanceux, sont un bon début. Mais quelques enchantements vous permettront de vous assurer que personne n’osera s’opposer à votre règne sinistre.

Au début, cependant, vous devez faire un usage intelligent de ce que vous avez autour de vous. Un rocher sur lequel vous tombez peut faire un bon couteau pour dépecer ce loup. Le tas d’os laissé derrière vous après l’opération peut être transformé en un arc mortel, pour les situations où le combat rapproché n’est pas l’option la plus sûre pour la poursuite de votre règne brutal.

Servir ou mourir – ou les deux

Pourtant, il peut y avoir des moments où même votre force incroyable et votre incroyable précision ne suffiront pas. Heureusement, il existe une autre arme à votre disposition, non moins meurtrière que l’acier froid de la hache d’un berserker. Les anciennes énergies de la sorcellerie noire sont à votre disposition. Les pouvoirs du feu et de la mort serviront ceux qui empruntent les chemins mystérieux des sorciers et des nécromanciens.

Des pluies de flammes s’abattront sur les hérétiques qui osent défier votre volonté suprême. Des lances de glace empaleront les traîtres qui pensent pouvoir se mettre sur votre chemin. Les éléments eux-mêmes se dresseront contre tous ceux qui ne se soumettent pas volontairement à votre domination. A quoi servent les épées et les haches quand ceux qui les manient ne peuvent même pas atteindre leur redoutable adversaire ?

Mais pourquoi se battre soi-même ? N’est-il pas plus agréable de rester en arrière et d’observer la bataille à bonne distance ? Si les mortels stupides refusent de se soumettre à votre pouvoir dans la vie, ils le feront dans la mort. Le redoutable savoir de la nécromancie peut vous assurer que vous ne manquerez jamais de guerriers pour porter votre étendard. En effet, y a-t-il un meilleur moyen de transformer des ennemis en amis qu’en les ressuscitant sous forme de zombis sans cervelle ?

Les chemins de l’ombre

La mort emprunte de nombreux chemins. Mais elle n’a qu’une seule fin – et personne n’y échappera lorsque vous viendrez chercher son âme. Mais par quel chemin sinueux atteindrez-vous votre trône d’ossements ? Quelle méthode d’anéantissement est la plus adaptée à vos goûts sinistres ? Le son de l’acier coupant la chair peut être une musique pour certains. D’autres, en revanche, sont plus enclins à une approche plus civilisée, voire scientifique, de la destruction du monde.

Trouverez-vous les réponses que vous cherchez dans les parchemins anciens de la connaissance sorcière ? Ou, au milieu d’une bataille sanglante, pris par la rage d’un berserker ? L’armure d’un chevalier déchu suffira-t-elle à contenir votre terrible présence, ou sera-ce la robe noire d’un nécromancien ? Votre esprit parcourra-t-il les déserts brûlants sous l’apparence d’un nomade, ou les profondeurs des forêts, en tant que braconnier solitaire ? Il existe huit professions distinctes dans le jeu, chacune offrant sa propre ombre de ténèbres.

En plus de seize races, toutes plus étranges et effrayantes les unes que les autres. Pourquoi incarner un simple humain, ou un elfe de la forêt ? Un vampire ou une liche semblent être des corps bien plus appropriés pour que votre âme maléfique puisse habiter. Curieusement, il n’y a pas de nains ou d’elfes dans le jeu. Ne désespérez pas, cependant. Il existe d’excellentes alternatives : les nains sombres et les elfes sombres.

Anéantissement intuitif

L’anéantissement total n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui. Soulash propose une interface utilisateur moderne et intuitive. Contrairement à ses prédécesseurs roguelike sinistres d’autrefois, il est également entièrement compatible avec la souris. Pourtant, il n’abandonne pas non plus les contrôles traditionnels au clavier, mêlant parfaitement les deux systèmes. En fait, son système de mouvement est l’un des plus réalistes que j’aie vus dans un roguelike jusqu’à présent.

Le personnage doit en fait changer de direction, tout ce qui se trouve dans son dos étant invisible. Cela donne un effet incroyablement atmosphérique, lorsque vous reculez devant un adversaire puissant, pour ensuite regarder derrière vous et réaliser que vous vous êtes mis dans un coin. Préparez-vous à vous défendre avec tout le courage dont vous disposez. Il n’y a plus de place pour la fuite maintenant.

Heureusement, vos choix de défense sont facilement accessibles grâce à un panel bien organisé de boutons, chacun représentant un sort ou une capacité. Plus besoin de mémoriser un millier d’arcanes, de se sentir comme un sorcier antique, tout en jouant à votre roguelike préféré. Avec son interface, Soulash a vraiment réussi à préserver le style classique, tout en rendant le tout beaucoup plus clair. Le chemin de la destruction est pratiquement balisé par des flèches brillantes – alors qu’attendez-vous ?

Une bande sonore pour l’apocalypse

La musique qui vous accompagnera dans votre sinistre voyage n’est peut-être pas celle à laquelle vous vous attendez de prime abord. Avec un soupçon de mélancolie, elle est avant tout calme et sereine. Il est étrangement approprié, cependant, servant comme pour équilibrer la méchanceté du gameplay. Souvent, vous vous retrouvez distrait de votre grande tâche – et vous vous promenez simplement le long de la rivière, en pensant à ce monde qui ne sera bientôt plus.

Le style graphique, comme tout le reste de Soulash, est unique. Il ne s’agit pas seulement d’un design général, qui est plus ou moins un pixel art standard de haute qualité. Il y a ce subtil effet 3D, que l’on ne remarque qu’après avoir parcouru la carte pendant un certain temps. En tant que programmeur, j’admire le travail qui a dû être accompli pour mettre en œuvre un élément aussi inhabituel pour un moteur 2D Top-Down. Cela ajoute certainement à l’immersion – mais, malheureusement, vous devrez jouer au jeu vous-même pour en faire l’expérience.

Dans l’ensemble, l’apocalypse semble être accompagnée d’une bonne musique méditative, ce qui est un avantage certain. Elle attire l’attention sur l’autre aspect du jeu, son monde incroyable. Elle vous donne un moment de repos et vous permet de profiter de ses vues fantastiques. Je suis sûr que ce n’est pas souvent que vous vous retrouvez à penser à la beauté de la nature, tout en lavant le sang de vos vêtements dans un ruisseau de forêt.

Soulash est un chef-d’œuvre sombre, qui vous offre un monde entier, plein de beauté et de lumière, et vous demande ensuite de le détruire. Ce n’est peut-être pas pour tout le monde, mais c’est néanmoins une véritable œuvre d’art. Elle est peut-être étrange et unique, mais quel grand art ne l’est pas ? Il vous attire, avec son univers à couper le souffle, ses mécanismes innovants, ses graphismes immersifs et son interface utilisateur bien pensée.

Et surtout avec l’histoire qu’il raconte, sinistre, mais étrangement réfléchie. C’est un véritable conte lovecraftien – un conte de dieux oubliés et de royaumes lointains et oniriques. Si le grand écrivain était vivant aujourd’hui, je suis sûr qu’il serait fier, et c’est de loin le meilleur compliment que je puisse faire à Soulash.

Traduction du test du rédacteur armies and castles sur Turn Based Lovers publié le 21 mars 2022. Avec l’aimable autorisation du site.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments