Le thème de ces débats est “pour ou contre”, et pas “pensez-vous que”. La prise de parti radicale est volontaire pour opposer deux visions totalement différentes sur un thème large. Le débat est là pour ouvrir le questionnement, pas pour répondre à une question précise.

En un peu moins de 50 ans, le monde du jeu vidéo a subi de profondes mutations pour de multiples raisons d’ordre financier, économique ou social. On achète un jeu vidéo pour son contenu, mais jusqu’à pas si longtemps, l’enrobage avait une importance cruciale pour attirer le client. Rappelez-vous, vous les plus vieux, ces jolies boîtes de RPG avec des illustrations de couverture alléchantes et marquantes.

Aujourd’hui, la conjoncture économique et culturelle a considérablement transformé ce contenant. De la grosse boîte avec notice et carte avec disquette, puis CD-rom, on est passé à des formats DVD avec notices PDF, le support papier étant de plus en plus considéré comme un élément collector que les plus riches ou les plus fanatiques se permettent d’acheter. Et puis, l’explosion d’internet et du téléchargement à gros débit a permis la naissance du dématérialisé. Comprenez par là que les jeux video, de composante numérique, perdent entièrement leur enrobage et sont directement downloadables via les plates-formes de téléchargement des distributeurs, dans une optique d’économie, de fabrication, d’intervenants qui prenaient leur marge sur la chaîne de distribution, de lutte contre le piratage, et au nom du progrès.

Pour les consoles, la PSP Go fut une des premières à tenter l’expérience du tout dématérialisé et de passer uniquement par le téléchargement des jeux. Cette première approche en 2009, fut un échec,  le public n’était pas encore prêt à cette évolution, tout comme les magasins qui voyaient leur marge de profit tomber à zéro et qui  mirent leur veto sur sa vente.

Trois ans plus tard, l’évolution numérique va tellement vite que la mode est accepté et la PSPVita vit bien mieux le changement, tout comme pourraient l’être les prochaines consoles de salon qui fonctionnent de plus en plus via net, dont chaque fabricant possède sa propre plate-forme de téléchargement. Et puis les indies, de plus en plus nombreux, n’ayant pas les moyens de faire distribuer leur jeu au format physique, via Internet, ont su se faire une place dans le dématérialisé. 

On peut aussi parler des nouveaux supports de jeu tel que les tablettes, les portables ou autres qui proposent une multitude de jeux sans pour autant passé par le support physique qui devient de plus en plus obsolète, voire has been. Du coup, une question se pose : pour ou contre la dématérialisation des jeux et la disparition de nos boites et livrets de jeu ?

Et si on commençait par demander l’avis du boss de fin de niveau, Megamat, et d’Etienne Navarre ?

Killpower


|  RPG Jeuxvidéo

POUR : Megamat

Comment oublier ces grosses boites en carton remplies d’objets précieux et pétillants de malice, nous procurant un bonheur sans nom, comme le petit livret cartonné qui nous racontait les débuts de l’histoire ou nous expliquait comment utiliser le jeu dans ces moindres détails, une multitude de disquettes ou de CD, une bande originale ou encore une carte de l’univers dans lequel nous pouvions voyager tout au long de l’aventure ?

Mais force et de constater que depuis de nombreuses années, les boites ont diminué de volume, tout d’abord en se plastifiant et en se vidant, ne laissant qu’un DVD et un mini livret basique avec son code, merci l’ère des consoles de salon. Par ailleurs, un jeu sur deux, le DVD ne contient que le client Steam, Origin ou encore celui de Windows Live sur lequel on vous demande de télécharger le jeu en entier. Alors pourquoi être pour la dématérialisation me direz-vous, alors que la nostalgie rempli mes yeux de buées et d’humidité ? Est-ce une fatalité ?

Et bien oui, c’est une fatalité car on a beau crier au scandale de la disparition de nos boites, il n’en est pas moins qu’il n’y a plus rien dedans et qu’elles ne servent plus à rien, si ce n’est qu’à remplir nos étagères déjà remplies de vieilleries inutiles mais au combien importantes ! Par ailleurs, on retrouve encore de belles boites bien remplies grâce aux éditions spéciales ou collectors, mais là, le prix n’est plus le même, il faut le reconnaître. Alors, autant aller directement sur des plates-formes de téléchargement qui offrent de plus en plus de service et de goodies et aident, pour certains, les studios indépendants.

En parlant de service, nous avons par exemple la possibilité d’installer le jeu sur plusieurs ordinateurs et maintenant grâce au cloud, on peut même continuer une partie en cours, et cela où l’on veut. Plus la peine de se casser le trognon à chercher une mise à jour, celles-ci sont automatiques, et il faut bien le dire, ces plates-formes gèrent bien mieux qu’avant, comme Steam et GoG, qui sont les meilleures d’entre elles, en proposant un catalogue énorme souvent à des prix incroyables. Origin, la plateforme d’Electronics Arts, va également s’ouvrir à ce marché en pleine expansion et offrir de nouveaux services tout en étoffant ses offres dans son catalogue.

On ne peut également s’empêcher de penser à Kickstarter qui utilise cette forme de dématérialisation pour financer les projets des studios. Et pour terminer par le plus intéressant, il convient de dire que le prix du dématérialisé est arrivé à être enfin moins cher, mais seulement depuis un an ou deux, ce qui était au début une aberration en soi. 


DossierP20CONTRE.png.pagespeed.ce .lZrUVeYf8o1 |  RPG Jeuxvidéo

CONTRE : Etienne Navarre


Oui, j’ai une bibliothèque Steam bien chargée et j’aime zieuter avec envie leurs promotions alléchantes et généreuses. Oui, le dématérialisé permet de trouver des jeux bien mois chers et oui, il est plus écologique de télécharger un jeu que d’acheter une boite plastique avec un disque et un gros livret de papier (quand c’est encore le cas).

Oui mais voilà. Je vais vous raconter une anecdote. Quand j’étais étudiant, j’allais acheter mes jeux avec mon pote n°1 dans notre boutique habituelle. Et systématiquement, après s’être promenés une bonne heure dans la boutique à taper le bout de gras avec les vendeurs, on ressortait avec notre belle boite, nous rendions dans un pub irlandais, commandions une délicieuse mousse et prenions plaisir à ouvrir la boite, lire le livret, découvrir ce que le jeu avait à offrir et manipuler une belle galette imprimée.

Et nous en discutions longtemps alors que nous n’avions même pas joué au jeu ! Aujourd’hui, le dématérialisé déshumanise en quelque sorte ce type de consommation : on surfe, on trouve une promo intéressante, on achète et boum, on joue (on on se dit qu’on y jouera plus tard). Les réseaux sociaux font le reste pour ce qui est de “partager”. Cela ne me convainc pas.

Bien que je consomme les deux types de produits de manière égale, j’avoue avoir une affection particulière pour le produit physique à l’ancienne car j’y suis sentimentalement attaché. Et je prends toujours plaisir à manipuler mes boites de jeux car ce sont parfois ces belles boites qui me donnent envie de réinstaller un jeu. L’avenir est clairement au dématérialisé, cela ne fait aucun doute. C’est pour cela que je profite encore de mes boites chéries tant que je le peux. Entre plate-formes de téléchargements et jeux à la demande, l’offre est réelle et intéressante mais je resterai un défenseur sentimental de ma bonne vieille boite de jeu à l’ancienne avec de belles illustrations, un large livret fourni en infos et des résumés en quatrième de couv’ qui donnent envie de s’y mettre immédiatement.

Le dématérialisé isole le joueur et réduit le plaisir du partage : oui, c’est du sentimentalisme mais pas du passéisme.

Site ayant vécu de 2009 à 2022 et traitant de l'actualité des jeux vidéo RPG. Le site ayant disparu, l'équipe de RPGjeuxvidéo, sous l'action de Killpower, ancien président de RPGFrance, a essayé de rendre hommage aux nombreux rédacteurs qui ont participé au site, en reproposant leurs articles qui, sinon, auraient été perdus à jamais. Si vous êtes l'auteur de cet article, contactez-nous et inscrivez-vous, nous mettrons le texte à jour.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments