Le thème de ces débats est “pour ou contre”, et pas “pensez-vous que”. La prise de parti radicale est volontaire pour opposer deux visions totalement différentes sur un thème large. Le débat est là pour ouvrir le questionnement, pas pour répondre à une question précise.

Mes amis, aujourd’hui, pour ce nouveau débat, on laisse un peu de côté nos chers RPG. On ouvre nos chakras, on est aware et on s’intéresse cette fois-ci à la nature profonde du joueur PC de ces dernières années. Rien que ça. Je veux parler du connaisseur, vous voyez ? Le connaisseur, c’est le mec qui tient à son portefeuille. C’est celui qui chasse les bonnes affaires, celui qui aime le pèze, la tune et les brouzoufs.

Valve, en pionnier de la distribution digitale, fut l’un des premiers – avec son service Steam – à proposer de grosses ristournes sur nos jeux favoris… ou non. Au départ assez anecdotiques – pour les fêtes et en été essentiellement –, elles se sont par la suite multipliées. Les concurrents se sont eux aussi mis à la page, proposant toujours plus de packs, de bundles et de promos en tous genres. Aujourd’hui, c’est un peu la fête du slip, si bien que personnellement, je ne sais plus vraiment quand il y a des soldes, et quand il n’y en a pas. Mais sur ce coup, mon avis, on s’en tamponne l’oreille avec une babouche. Non. Moi, je suis posé dans le canapé, les pop-corn à la main et dans la bouche. Car il y a un match de titans : Toupilitou et Etienne Navarre vont se friter pour savoir si oui, ou non, les soldes, c’est bien. Messieurs, aiguisez vos plumes, la joute commence !

Pouicoss

Pour ou contre 001

POUR : Toupilitou

A l’instar de certain(e)s se jetant sur les dernières fringues made in Bangladesh, j’avoue avoir un sérieux penchant pour l’achat compulsif de jeux vidéo. A ce titre, je vous dirais bien : beh heureusement qu’il y a des soldes / promos régulières sur les plateformes dématérialisées, car ma banquière se souvient encore de ma première rencontre avec Steam, pour ne citer que lui…

Pour ce qui est des jeux AAA, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai lu ici bas “Ouais beh j’vais attendre une promo pour prendre ce jeu, sinon ça va me coûter un bras”. Même si le jeu en question ne convainc pas à 100 % le joueur, il serait prêt à l’acquérir par le biais d’une promo, juste pour l’essayer comme les p’tits copains. La société éditrice est alors forcément gagnante : un jeu qu’elle n’aurait pas écoulé est quand même vendu.

Les jeux indés, quant à eux, gagnent une visibilité énorme et mondiale qu’ils n’auraient jamais eu. Qu’est-ce qui est le mieux ? Vendre 5 fois un jeu à 20 € ? Ou vendre 20 fois un jeu à 5 € lors d’une promo ? La communauté des gamers est loin d’être muette, et si le jeu est bon, le bouche à oreille fait son office. Les promos n’étant pas éternelles, le plébiscite créé autour du jeu en question perdurera, y compris en dehors des soldes, et il continuera à se vendre comme des p’tits fours. Si par contre, le jeu est complètement daubé, il retombera dans les limbes vidéoludiques, malgré avoir tout de même profité de ces fameuses promotions.

Enfin : les jeux cultes. De nombreuses pépites, un peu tombées dans l’oubli, profitent de rabais sur tous les jeux d’un studio. C’est par ce biais-là que j’ai découvert de vieux games dont je n’avais pas eu connaissance à l’époque. Pour ne citer qu’un exemple : Star Wars KOTOR 2. Je n’aurais jamais joué à ce petit bijou sans une promo l’ayant mis en valeur. 10 ans plus tard, l’éditeur gagne encore du pognon dessus… Elle est pas belle la vie ?

Pour conclure, je dirais que tout le monde est gagnant dans l’histoire : les développeurs, les gamers… et bien évidemment la plateforme de distribution !

Pour ou contre 002

CONTRE : Etienne Navarre

Achat compulsif, économie, sur-consommation, soldes, boulimie… Tous ces termes forment une sorte de maelstrom qui englobe bien des domaines, au-delà des jeux vidéo. Mais dans le cas qui nous intéresse, il me semble pertinent de pointer du doigt une façon de consommer qui fait honte d’une certaine façon.

Les joueurs PC se gavent plusieurs fois par an de jeux à outrance pendant les soldes de Steam. La plate-forme de Valve fait tout de même très fort sur les prix pendant un temps limité. Peu de latitude pour acheter mais des prix ahurissants, pouvant aller jusqu’à moins 95%. Difficile de résister. Entre les jeux dont on attend une baisse pour se faire plaisir, ceux qu’on n’achèterait jamais, mais bon, la réduction fait qu’on se laisse tenter, les jeux d’avant qu’on a envie de redécouvrir…

Tous les moyens sont bons pour remplir sa bibliothèque.
Cela dit, pas la peine de jeter la pierre sur Valve : les autres s’y sont vite mis, de crainte de perdre de la vitesse et avides de grapiller quelques miettes du gâteau.

Mais à quoi bon ? Je me pose même la question à moi-même en fait. A quoi bon avoir trop de jeux ? Il est où l’intérêt d’avoir une ludothèque qui dégueule de jeux ? Soyons honnête, un très grand nombre de joueurs PC achètent plus qu’ils ne consomment. Pour ma part, c’était le cas. Mais au final, on achète, on stocke, on joue à autre chose et les jeux attendent bêtement. Et les jeux achetés 9€ pendant les soldes ont évidemment encore baissé quand on se décide finalement à les faire. Et on se rend compte qu’en achetant au moment opportun (intelligemment en fait), on aurait encore gagné du blé. On n’a pas l’air con au final.

A l’image du comportement général qui est le nôtre dans les pays dits développés, nous consommons trop pour d’obscures raisons : la peur de manquer, remplir un vide causé par un manque (affectif, professionnel, sociétal…), posséder plus pour avoir un sentiment d’exister dans la société ? Je m’interroge sur cette façon de faire qui était encore la mienne il y a quelques temps et sur laquelle j’ai pris le temps de me questionner. J’ai fait le choix de ne plus me gaver mais de prendre mon temps, d’accepter de passer à côté de certaines choses, de louper des expériences, d’aller voir ailleurs quand le besoin s’en fait sentir. De prendre du recul sur ma responsabilité en tant que joueur et consommateur.

Site ayant vécu de 2009 à 2022 et traitant de l'actualité des jeux vidéo RPG. Le site ayant disparu, l'équipe de RPGjeuxvidéo, sous l'action de Killpower, ancien président de RPGFrance, a essayé de rendre hommage aux nombreux rédacteurs qui ont participé au site, en reproposant leurs articles qui, sinon, auraient été perdus à jamais. Si vous êtes l'auteur de cet article, contactez-nous et inscrivez-vous, nous mettrons le texte à jour.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments