Après nous avoir bien plus habitué à nous parler de leurs DLC plutôt que de leurs jeux, les développeurs de chez Bioware nous ont cette fois-ci dévoilé du jour au lendemain l’existence du tout premier DLC pour Dragon Age : Inquisition – Les Crocs d’Hakkon. Doit-on s’en inquiéter ?

Dragon Age : Inquisition est un bon jeu regroupant plus ou moins tout ce qu’on peut demander à un RPG. Il est long, l’histoire est plaisante à suivre, les combats tactiques peuvent réellement le devenir après avoir passé une période d’adaptation, les personnages ont tous une personnalité unique et les différentes zones de jeu explorables se montrent variées. Il en est malheureusement tout autre en ce qui concerne les quêtes secondaires, se montrant la plupart du temps très fainéantes et ne proposant par moment que des quêtes fedex sans grand intérêt. Il ne reste donc plus qu’à espérer que le DLC Les Crocs d’Hakkon soit à la hauteur de nos espérances à ce niveau-là, et c’est bien ce que nous allons voir ensemble dès maintenant.

Vous reprendriez bien une nouvelle zone de jeu ?

Comme vous pouvez vous en douter, cette nouvelle quête est accessible directement dans la salle de commandement, que ce soit tout aussi bien à Darse, qu’à Fort Céleste. Il vous suffira d’utiliser quelques points d’Inquisition pour tout simplement la débloquer. Cette quête nous permet de faire la connaissance du Professeur Kenric, parti à la recherche du mystérieux Inquisiteur Améridan. Celui-ci se trouve être en effet votre prédécesseur, et il est toujours bon d’en savoir plus sur ses ancêtres. Pour l’aider dans cette tâche plus que difficile, puisque cet Inquisiteur a disparu depuis plus de 800 ans, nous serons amenés à suivre Kenric dans sa quête, et à découvrir une toute nouvelle zone de jeu portant le nom de “Cirque des dorsales de givre” se situant au sud de Ferelden. Cette nouvelle région est une vraie réussite visuelle nous permettant de découvrir des forêts luxuriantes, des bords de mer aux falaises vertigineuses, des structures dans des arbres monumentaux ainsi que d’anciennes et mystérieuses ruines. Parfois, un soleil éclatant illuminera les décors, d’autres fois une brume épaisse et laiteuse vous rappellera que cette nouvelle région n’est pas aussi sûre qu’elle le laisse paraître.


Les expéditions archéologiques ne sont pas de tout repos ; vous devrez bien évidemment affronter de nombreux ennemis, pouvant tout aussi bien prendre la forme de créatures que d’hommes, et se faisant ici appeler Les Crocs d’Hakkon. Vous l’aurez reconnu, ces derniers donnent leur nom à ce tout nouveau DLC. Toutefois, nous en reparlerons un peu plus loin dans ce test. Nouvelle zone jouable ne dit pas forcément nouveaux intérêts. Vous devrez en effet comme pour toutes les autres zones de ce troisième opus fermer des failles, établir des campements, récupérer des éclats ainsi que résoudre les puzzles que nous retrouvons dans les oculariums. On pourrait bien évidemment trouver tout ceci bien trop répétitif, mais cette région est assez variée visuellement pour ne pas tomber dans une certaine redondance, sauf si bien sûr vous ne supportez plus de voir des failles après avoir passé 100 heures sur Dragon Age : Inquisition.

En plus de tenter d’en apprendre plus sur l’Inquisiteur Améridan, vous devrez également en apprendre plus sur d’anciennes ruines Thévintide avec Colette, ainsi que tenter de vous faire de nouveaux alliés prenant ici la forme d’Alvars. Leur village est d’ailleurs particulièrement réussi, bien qu’il soit comme pour tous les autres villages du jeu assez petit. Vous l’aurez compris, il y a de quoi varier les plaisirs et les amoureux de l’univers de Dragon Age seront ravis.
 

Pour quelques combats de plus
 

Comme je vous l’indiquais plus haut, nous pourrons également découvrir ici Les Crocs d’Hakkon. Ce peuple de sauvages provenant de tribus Alvars ne sera pas aussi coopératif que leurs homologues ayant établi leur village sur une falaise. Je ne vous en dis pas plus à ce niveau-là, et vous laisse le plaisir de la découverte, mais sachez qu’ils seront particulièrement difficiles à combattre. Il en va également de même pour la majorité des ennemis de ce DLC disposant de niveaux pouvant aller de 20 à 25. Pour autant, qui dit combats difficiles, dit également loot intéressant. Dragon Age : Inquisition était plutôt faible à ce niveau-là, et il était très décevant de ne pouvoir récupérer que quelques statuettes ou bien encore des armes complètement dépassées. C’est une toute autre histoire avec ce DLC puisque la moindre faille refermée vous permettra de récupérer des matériaux de grade 4, ainsi que des armes ou des objets uniques qui viendront naturellement se loger dans les mains de vos différents personnages.

L’exploration et les combats c’est bien, mais je vous vois déjà frémir d’impatience dans l’attente de l’annonce de la durée de vie du DLC Les Crocs d’Hakkon. Eh bien cela dépendra de votre façon d’y jouer. Si comme moi vous aimez explorer tous les recoins d’une région, sans se presser, et en y jouant en cauchemar, alors il vous faudra au minimum 6 à 7 heures de jeu pour en venir à bout, voire un peu plus. En y jouant dans une difficulté plus faible, et en allant droit au but, alors ce DLC pourra se finir naturellement bien plus rapidement.

Que penser finalement de ce premier DLC pour Dragon Age : Inquisition ? Les Crocs d’Hakkon propose de l’exploration, une zone de jeu agréable à découvrir, ainsi que des combats pouvant se montrer très coriaces. Les différentes quêtes sont intéressantes et devraient ravir les amateurs de cet univers. Toutefois, les autres joueurs ne devraient y voir ici qu’une zone de plus ne proposant rien de bien nouveau par rapport aux différentes zones se trouvant dans le jeu d’origine, et ils ont malheureusement bien raison. Si l’on ajoute à cela un prix trop excessif de 14,99€, alors Les Crocs d’Hakkon n’est pas une si bonne affaire que cela. À réserver seulement aux fans de Dragon Age : Inquisition voulant prolonger leur expérience de jeu.

+ Difficile
+ Du loot intéressant
+ Une histoire qui se laisse suivre
+ De beaux décors

Note RPG 4 sur 5
Note testeur 06 sur 10

– Pas très long
– À réserver seulement aux fans
– Un prix excessif

Site ayant vécu de 2009 à 2022 et traitant de l'actualité des jeux vidéo RPG. Le site ayant disparu, l'équipe de RPGjeuxvidéo, sous l'action de Killpower, ancien président de RPGFrance, a essayé de rendre hommage aux nombreux rédacteurs qui ont participé au site, en reproposant leurs articles qui, sinon, auraient été perdus à jamais. Si vous êtes l'auteur de cet article, contactez-nous et inscrivez-vous, nous mettrons le texte à jour.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments