vendredi, avril 23, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #1 – Partie 2 : Les premières années (1980-1983)


Relire la partie 1.


L’âge des Mainframes (l’âge des ténèbres)

Pedit 001 |  RPG Jeuxvidéo
Pedit5

Les hackers sur les mainframes des universités ont commencé à développer des CRPG dès 1974 (la même année où Gygax et Arneson ont sorti les premiers Dungeons & Dragons). Malheureusement, l’histoire semble ici un peu sombre (d’où le titre “Dark Ages”), et déclarer quel jeu a été le “premier” semble un peu téméraire. Ce qui est clair, c’est qu’il y avait plusieurs CRPG sur des machines comme le PDP-10 de DEC et PLATO, un système d’apprentissage informatisé.

Le premier d’entre eux semble être Pedit5 de Rusty Rutherford pour PLATO. Pedit5 possédait la plupart des caractéristiques de base du genre, comme un donjon explorable, des ennemis monstrueux, des trésors à collecter et un système de magie.

Malheureusement, nous n’en apprendrons probablement jamais beaucoup plus sur ce jeu en raison de la myopie des administrateurs de PLATO, qui avaient la fâcheuse habitude de supprimer ce jeu partout où ils le trouvaient (les nombreux enfants qui ont réussi à garder une longueur d’avance sur ces fêtards ont été dénigrés comme “zbrats”). Il se peut très bien qu’il y ait eu des CRPG en mode texte avant Pedit5 qui ont tout simplement été perdus pour l’histoire.

DnD 001 |  RPG Jeuxvidéo
dnd (ordinateur central) : Image tirée de Wikipédia (domaine public)

Plus tard dans l’année, deux programmeurs de la Southern Illinois University, Gary Whisenhunt et Ray Wood, ont créé DND, également conçu sur PLATO. Ce jeu graphique contient de nombreuses caractéristiques qui deviendront des incontournables du genre, comme la possibilité de créer un personnage et d’attribuer des statistiques pour des caractéristiques telles que la force, l’intelligence, etc.. Il y avait également un système de “montée de niveau” basé sur des points d’expérience. Les monstres devenaient de plus en plus coriaces au fur et à mesure que les joueurs s’enfonçaient dans le donjon.

Ce jeu marque également la première apparition du “magasin général” où les joueurs peuvent acheter de l’équipement. Le plus important est peut-être le fait que DND propose une histoire et une quête : tuer le dragon et récupérer l’orbe. Il n’est certainement pas surprenant que le fait d’aller chercher un “orbe” tout puissant apparaisse encore et encore comme la quête déterminante des CRPG ! Le jeu de Whisenhunt and Wood sera plus tard l’inspiration du célèbre jeu Telengard de Daniel Lawrence pour les plateformes TRS-80 et Commodore 64.

Dungeon-sur-PDP10
Dungeon-sur-PDP10

Entre-temps, un étudiant de l’université de Claremont en Californie avait conçu un jeu appelé Dungeon, qui fonctionnait sur les ordinateurs centraux PDP-10 de l’université. Comme DND, Dungeon comportait un système de level-up.

Cependant, une innovation clé était la possibilité de créer et de faire fonctionner tout un groupe d’aventuriers plutôt qu’un seul personnage. Aujourd’hui encore, on se demande s’il est plus amusant de contrôler un seul personnage ou tout un groupe d’aventuriers. Dungeon proposait également un système graphique de cartes avec une “ligne de vue””, ce qui signifiait que les joueurs ne pouvaient voir que dans la direction où leurs personnages étaient orientés – et tenait compte de la clarté et de l’obscurité (les elfes et autres créatures dotées d’une infravision pouvaient voir dans le noir).

Rogue

Mais le plus célèbre de tous les CRPG est sans doute le jeu Rogue sur UNIX. Créé en 1980 par Michael Toy, Glenn Wichman et Ken Arnold, Rogue était connu pour ses donjons aléatoires, ses graphismes en ASCII et son gameplay compliqué. Rogue représentait le personnage du joueur avec un signe (@), et les monstres étaient désignés par la première lettre de leur nom (Z pour zombi).

L’histoire était simple et serait copiée (avec de légères modifications) dans des jeux ultérieurs comme The Sword of Fargoal : descendre à un niveau spécifique du donjon (dans ce cas le 26), récupérer un objet magique (dans ce cas l’Amulette de Yendor), et s’échapper du donjon. Cependant, les joueurs peuvent s’amuser autant avec le jeu même s’ils ne sont pas au courant de cette quête ; il suffit de se promener pour tuer des monstres et gagner des points de trésor et d’expérience pour s’amuser. Cependant, Rogue est un jeu très difficile, avec une courbe d’apprentissage abrupte.

The Sword of Fargoal

D’une part, il y a une abondance de commandes clavier déroutantes à apprendre (R pour enlever une bague et r pour lire un parchemin), et les joueurs ont pratiquement besoin d’une légende pour comprendre l’affichage “graphique”. Deuxièmement, en plus d’affronter avec succès les nombreux monstres et pièges du jeu, le personnage doit aussi être constamment nourri. Néanmoins, Rogue a connu un tel succès qu’il a engendré un nombre presque illimité de portages et de dérivés appelés “Roguelike”. Plusieurs de ces jeux ont également atteint une renommée durable, tels que Hack, Moria, Larn et Omega.

Il est très facile de trouver une version de Rogue ou du moins un Roguelike sur n’importe quelle plateforme informatique (en fait, je ne suis même pas sûr que l’on puisse appeler “plateforme informatique” quelque chose qui n’a pas de rogue sous une forme ou une autre !). J’ai passé des heures à me frayer un chemin à travers Larn and Hack sur mon ordinateur Commodore Amiga, même si j’avais aussi accès à des jeux avec de “meilleurs” graphismes. Un garçon qui a de l’imagination se contente d’un bol chaleureux d’ASCII tous les soirs (bien qu’ANSI soit assez sympa de temps en temps).

Rogue |  RPG Jeuxvidéo
Rogue

La question qui est rarement posée à propos de ces premiers “CRPG” est de savoir dans quelle mesure ils recréent réellement l’expérience de D&D sur table. Bien qu’ils parviennent à imiter assez efficacement certaines parties, en particulier le lancer de dés et le calcul des nombres, ils semblent être plutôt plats dans le domaine de la représentation théâtrale. D’une certaine manière, je doute que quiconque s’asseye pour une soirée de Rogue ait jamais revêtu une paire d’oreilles d’elfe bon marché et un jerkin en faux cuir, bien que de tels accoutrements soient assez courants dans les vraies parties de D&D.

De plus, bien que les joueurs de D&D puissent de temps en temps faire preuve d’obscénité, je doute que l’un d’entre eux l’ait fait avec un accent nain. Ce qui manquait clairement, c’était l’élément “jeu de rôle” qui constituait une part si importante du jeu sur table. Au mieux, les versions informatisées pouvaient simuler les calculs du combat de D&D et, dans une certaine mesure, les éléments de stratégie et d’exploration, mais l’abstrait et le détachement inhérent à ce média semblaient mettre un terme à la représentation d’un véritable jeu de rôle.

Bien que nous parlerons plus tard des CRPG qui ont essayé de traiter ces questions de manière intéressante, il est important de voir pour l’instant que D&D et ses “équivalents” informatisés ont en fait beaucoup moins en commun que ce que la plupart des gens imaginent.

La suite : Partie 3


Bannière de l’article : Scott Gustafson

Image |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

5 Commentaires

S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Waylander

Toujours aussi bien cet article, j’ai travaillé aussi sur des mainframes Bull et IBM. Alors respect pour ceux qui ont fait ça, car il n’y avait pas grand chose sur ces machines. Après je ne pense pas que ceux qui ont fait ça soient vraiment des hackers, vu que les ordinateurs n’étaient pas reliés aux autres à cette époque mais plutôt des programmeurs qui avaient un peu de temps libre.

Earthfire

Merci pour cet article. Je pensais que les premiers CRPG étaient la légendaire série des bard’s tale. C’est pas remarqué. De mémoire 1985 sur Amiga. J’ai passé des heures, car il fallait reproduire les donjon 64*64 case… Un peu fastidieux mais c’est là où j’ai découvert la phrase que je me disais “bon il est deux heures du mat, alors une dernière salle et dodo”. Et là un peu après, tu relèves la tête, il est 4 hrs du mat… 😁

Waylander

Je pense que les bard’s tale sont arrivés après, ainsi que les might and magic et les Wizardry.

Earthfire

Oui c’est ça, les bard’s tales en 1985, et les premiers might and magic en1986 jusqu’en 2002 avec le X en 2014. Quelle belle séries que ces might and magic, ça a bien occupé mes soirées. Les wizardry, j’ai pas trop connus car en anglais, mais j’ai passé des hrs sur le wizardry 8 en français. Un système de caractéristiques, compétences hyper bien foutues.

trackback

[…] Relire la partie 2. […]

Tests et avis

Aperçu

5
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x