dimanche, mai 16, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #2 – Partie 16 : L’âge d’or (1985-1993)

Relire la partie 15

“DYNAMIX NE S’EST PAS CONTENTÉ D’ACCORDER UNE LICENCE POUR UN JEU, D’ACCROCHER DES NOMS DE PERSONNAGES SUR DES ICÔNES GÉNÉRIQUES ET D’APPELER CELA UN JEU DE GUERRE DES FACTIONS ! ILS ONT PASSÉ DES HEURES À ME PARLER DE TOUTES SORTES DE CHOSES, DANS UNE TENTATIVE SINCÈRE DE “FAIRE LES CHOSES CORRECTEMENT”, LE BUT DE L’EXERCICE ÉTAIT D’ÊTRE LE PREMIER JEU VIDÉO QUI DONNE L’IMPRESSION DE FAIRE PARTIE D’UN BON ROMAN D’AVENTURE. – RAYMOND E. FEIST IN THE BETRAYAL AT KRONDOR INSTRUCTION MANUAL

Betrayal%20at%20Krondor%20%28DOS%29 |  RPG Jeuxvidéo
Betrayal at Krondor (DOS). Le paysage polygonal a pratiquement ruiné ce CRPG, par ailleurs excellent.

Sierra a également publié la série Krondor, en commençant par Betrayal at Krondor de Dynamix en 1993. Ces jeux sont peut-être les plus remarquables parce qu’ils sont basés sur le monde fantastique de Midkemia créé par Raymond E. Feist pour la saga Les Chroniques de Krondor. Raymond E. Feist s’en inspirera pour écrire Krondor : La Trahison. Il propose des combats au tour par tour, un système de personnages basé sur les compétences (pas de “niveaux”), des énigmes intelligentes et de nombreux textes et scènes inspirés par Feist.

Malheureusement, les graphismes n’étaient pas à la hauteur des attentes de nombreux joueurs, même en 1993, ce qui a malheureusement limité le succès du jeu. Les arbres et les montagnes semblent dentelés et polygonaux. Le deuxième jeu, Betrayal in Antara (1997), n’est en fait pas du tout basé sur le monde de Feist, car Sierra a temporairement perdu sa licence et a dû créer un nouveau monde appelé Ramar.

Ce jeu est également truffé de graphismes de qualité inférieure pour l’époque et a été carrément rejeté par les critiques, même si je l’ai trouvé assez agréable. Sierra a sorti Betrayal at Krondor gratuitement dans un vaillant effort de promotion du jeu, mais il semblait presque condamné dès le départ. Le troisième jeu, Return to Krondor, sorti en 1998, a réparé la plupart des torts et est considéré par de nombreux fans comme le meilleur des trois. Mais nous en parlerons aussi la prochaine fois, car il fait clairement partie de l’âge de platine plutôt que de l’âge d’or.

Betrayal in Antara sur PC

D’autres entreprises ont expérimenté les hybrides CRPG/aventure, dont SSI. Realms of Darkness (1987) est un mélange intéressant de thèmes de fantaisie et de science-fiction, avec des énigmes intelligentes et un analyseur de textes assez sophistiqué. Infocom a également expérimenté des éléments du CRPG. La série Zork avec Zork : The Coconut of Quendor, de 1987, est une série de satires et de comédies hilarantes, mais de nombreux fans d’aventure ont été rebutés par les éléments de CRPG, même s’ils ont apparemment ajouté une plus grande valeur de rejouabilité.

De plus, les joueurs se sont découragés lorsqu’ils ont découvert qu’ils étaient dans une situation de partie “non gagnable” et qu’ils devaient recommencer. Si cette possibilité est assez fréquente dans les anciens jeux d’aventure, elle était inacceptable dans un jeu qui nécessitait des heures et des heures dédiées la la construction de son personnage avec l’expérience.

Soit dit en passant, il n’y a jamais eu de consensus parmi les fans sur la question de savoir si les récits et les puzzles améliorent ou diminuent l’expérience du CRPG. Néanmoins, presque tous les CRPG comportent une histoire, aussi minime et clichée soit-elle, et un grand nombre d’entre eux comportent des défis qui vont au-delà du hack’n slash habituel. C’est un conflit qui ne sera probablement jamais réglé, mais qui s’en soucie ? J’apprécie certainement la variété et je me retrouve à préférer un type de jeu à un autre !

Return to Krondor gameplay sur PC en 1998

Les oubliés de l’âge d’or

Comme vous pouvez le voir, le développement du CRPG pendant l’âge d’or a atteint un niveau record. Bien que certains des titres les plus connus et les plus célèbres ne soient pas apparus avant quelques années, les choses s’étaient considérablement tassées. À partir de ce moment, les CRPG autonomes à un joueur deviendront plus rares et donc plus précieux, remplacés en grande partie par des MMORPG et d’autres types de jeux comportant des “éléments” de RPG.

Toutefois, avant de clore notre discussion sur l’âge d’or, je dois au moins mentionner quelques autres brillants CRPG, même s’ils ne sont pas aussi connus que ceux dont j’ai parlé plus haut. Tout au long de cet article, j’ai essayé d’être aussi complet que possible, mais je n’ai pas réussi à mentionner tous les CRPG publiés entre 1985 et 1993. J’ai plutôt essayé de passer plus de temps à parler des CRPG vraiment importants (c’est subjectif, je sais). Il ne fait aucun doute que beaucoup de mes lecteurs les plus capricieux, dirons-nous, vont baver parce que j’ai négligé de mentionner le jeu obscur qu’ils considèrent comme le meilleur CRPG jamais réalisé.

The Faery Tale Adventure gameplay sur Amiga

Lire la partie 17.

Image |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

1 COMMENTAIRE

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Relire la partie 16 […]

Tests et avis

Aperçu

1
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x