samedi, juin 19, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #2 – Partie 6 : L’âge d’or (1985-1993)

Relire la partie 5

Avant les jeux Gold Box.

Il y a au moins deux autres CRPG de SSI qui méritent d’être mentionnés : Shard of Spring et Rings of Zilfin, tous deux publiés en 1986. Shard of Spring est un jeu écrit pour Apple II par Craig Roth et David Stark, et porté sur MS-DOS par D.R. Gilman, Leslie Hill et Martin deCastongrene – qui a fait le jeu en entier en Microsoft QuickBasic !

Il est un peu brut comparé aux autres jeux SSI de l’époque, et se situe quelque part entre Wizard’s Crown et Phantasie en termes de complexité. L’histoire est qu’une sorcière maléfique a volé le “Shard of Spring”, un objet magique qui apporte le printemps éternel dans le pays. Maintenant qu’il a disparu, le monde est tombé dans le chaos, et la solution est évidente.

Shard of Spring sur Dos en 1986

Craig Roth et David Stark ont écrit une suite intitulée Demon’s Winter, qui a été publiée par SSI en 1988. Bien que très similaire au premier jeu, Demon’s Winter présente un monde de jeu exponentiellement plus grand et deux nouvelles classes de personnages, le “scholar” et le “visionary”. Les “visionary” ont des capacités inhabituelles, principalement en matière de reconnaissance. Par exemple, ils peuvent voir une pièce pour vérifier la présence de monstres sans être vus.

Demon’s Winter gameplay sur dos en 1988

Cette fois, l’histoire est peut-être encore plus simple que la première : le pays d’Ymros est confronté à un hiver éternel, à moins que les personnages ne trouvent et détruisent le dieu démon Malifon. Les deux jeux présentent des rebondissements intéressants sur la religion, permettant aux personnages de devenir des acolytes de différents dieux et de les prier pour obtenir de l’aide pendant les combats.

Malheureusement, aucun des deux jeux ne présentait des graphismes soignés ou un son de qualité (même sur la plateforme Amiga), des facteurs qui ont sans doute conduit à des critiques peu enthousiastes dans la plupart des magazines de jeux.

Shard%20of%20Spring%20%28DOS%29 |  RPG Jeuxvidéo
The Shard of Spring : Ah, tuer des rats avec des épées. L’amusement est infini !

“UN AUTRE PROBLÈME COURANT DANS LES CRPG PEUT ÊTRE L’ACCENT MIS SUR LES PAILLETTES ET LE GLAMOUR PLUTÔT QUE SUR LE CONTENU. SI C’EST JOLI, ON SUPPOSE QUE LES GENS VONT L’ACHETER. LA QUESTION EST CEPENDANT DE SAVOIR SI CES BEAUX GRAPHIQUES AJOUTENT VRAIMENT QUELQUE CHOSE DE SUBSTANTIEL AU JEU. ” – DAVID L. ARNESON DANS LE MONDE DES JEUX VIDÉO, MAI 1988.

Rings of Ziflin |  RPG Jeuxvidéo
Rings of Ziflin : Les premières cutscènes, qui ont permis de porter l’histoire tout au long du jeu.

Rings of Ziflin d’Ali Atabek, sorti en 1986, est un jeu destiné aux novices – et donc plus axé sur l’histoire et l’atmosphère que sur la tactique et les statistiques. Il comporte de nombreuses “cutscenes” amusantes qui racontent et expliquent le scénario, qui revient à empêcher un méchant nécromancien nommé Lord Dragos de trouver les deux anneaux de pouvoir et de les utiliser pour s’emparer du monde (ça vous dit quelque chose ?). Rings of Ziflin met le joueur dans le rôle de Reis (bien que le nom puisse être changé), un utilisateur de magie en herbe qui doit développer ses capacités et affronter Dragos et ses serviteurs.

Les joueurs n’ont pas à créer de personnages ni à se lancer dans les statistiques, et les séquences de combat ressemblent plus à des mini-jeux d’arcade qu’à des combats tactiques. Le jeu consiste principalement à voyager entre les villes et, en cours de route, le personnage peut ramasser des plantes, comme des champignons magiques, et boire dans des points d’eau.

Dans l’ensemble, c’est un jeu intéressant et assez différent de la plupart des autres offres de SSI. Atabek a ensuite créé une trilogie de jeux similaires à Ultima, appelée The Magic Candle. Le premier, publié par Mindcraft Software, est apparu en 1989, et les suivants en 1991 et 1992, tous deux publiés par Electronic Arts. Parmi ceux-ci, le premier est généralement considéré comme le meilleur, et est connu pour son scénario créatif et l’abondance de mini quêtes.

Rings of Zilfin sur dos en 1986

L’essentiel est qu’un démon est pris au piège dans une bougie, mais une fois que la bougie aura brûlé suffisamment, il s’échappera – et alors tout l’enfer se déchaînera. Comme Rings of Ziflin, The Magic Candle ne permettait pas aux joueurs de créer leurs propres personnages, mais leur permettait de créer un groupe en sélectionnant des personnages non joueurs (PNJ) trouvés au château. Au fait, un “PNJ” est un personnage qui peut aider le joueur, mais qui ne peut pas être contrôlé directement ; il est plutôt contrôlé par l’ordinateur. De cette façon, la série des The Magic Candle est antérieure au système de “sbire” des jeux ultérieurs comme Neverwinter Nights.

SSI a également expérimenté des CRPG hybrides, mélangeant des éléments d’aventure et d’arcade avec plus ou moins de succès. Gemstone Warrior (1984) et Gemstone Healer (1986), tous deux développés par Paradigm Creators, sont deux exemples assez connus. Ces jeux sont peut-être mieux décrits comme des CRPG/jeux de tir.

SSI a également sorti un jeu uniquement pour le Commodore 64 appelé Realms of Darkness (1987). Ce jeu très rare, écrit par Gary Smith, est un jeu hybride aventure/CRPG. Cependant, ces jeux sont des aberrations du type de CRPG pour lesquels SSI est devenu célèbre, à savoir les célèbres “Gold Box Games“, dont nous parlerons plus loin.

Lire la partie 7.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

1 COMMENTAIRE

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Relire la partie 6 […]

Tests et avis

Aperçu

1
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x