samedi, avril 17, 2021

L’histoire des jeux de rôle sur ordinateur # 3 – Partie 2 : Platine et Age Moderne (1994-2004)

Relire la partie 1.

Vers l’âge du platine

Le début des années 1990 a vu la publication de dizaines de CRPG provenant de nombreux développeurs différents, dont beaucoup sont pratiquement inconnus aujourd’hui. Bien que les plates-formes DOS et plus tard Windows allaient bientôt dominer l’industrie des jeux informatiques, pour l’instant, l’Atari ST et le Commodore Amiga étaient tous deux en plein essor.

Bien que très soignés, beaucoup de CRPG développés pendant cette période sont peu originaux et offrent peu d’innovation. Mais quelques-uns ont réussi à atteindre le statut de jeu culte.

“IL Y A MILLE ANS, NICHÉ DANS LES MAGNIFIQUES BOIS AU SUD-EST DE LYRAMION, IL Y AVAIT UN PETIT VILLAGE APPELÉ FORKBROOK. LES GENS QUI Y VIVAIENT ÉTAIENT BLONDS ET DE BONNE HUMEUR ; ILS VIVAIENT DE LA PÊCHE ET DE LA CHASSE ET FAISAIENT DU COMMERCE AVEC LA VILLE LA PLUS PROCHE QUI SE TROUVAIT À DEUX JOURS DE VOYAGE À L’OUEST. DANS CE VILLAGE VIVAIT UN PETIT GARÇON APPELÉ TAR.” – FROM THE AMBERSTAR MANUAL.

Plusieurs de ces jeux du début des années 1990 étaient des importations allemandes. Un de ces jeux, Amberstar du développeur allemand Thalion, présente de bons graphismes, un excellent outil d’automap et un monde immense à explorer. Il semblait très prometteur, mais même avec une bande-son bien connue du maestro Jochen Hippel, cela n’a pas suffi à lui assurer une grande notoriété aux États-Unis. La suite, Ambermoon, n’est sortie qu’en Allemagne, et le troisième jeu (la série était prévue comme une trilogie) n’a jamais été achevé. Néanmoins, Amberstar fait partie des meilleurs CRPG pour la plateforme Amiga.

En 1992, Sir-Tech a publié une traduction anglaise de Realms of Arkania : Blade of Destiny, un autre jeu allemand à succès basé sur le système de RPG papier Das Schwarze Auge (L’œil noir). Ce système était un concurrent sérieux de Donjons & Dragons en Allemagne, et offrait aux joueurs une alternative viable aux règles de TSR. Une innovation intéressante est que les personnages souffrent de divers attributs négatifs, tels que la peur des morts ou un caractère bouillant, qui ont des effets directs sur le jeu.

Le jeu s’est suffisamment bien vendu pour justifier deux suites, Realms of Arkania: Star Trail en 1994 et Realms of Arkania: Shadows over Riva en 1996, toutes deux disponibles uniquement sur la plateforme DOS (la première était disponible sur les plateformes Amiga et Atari ST). Le dernier jeu a tiré parti du CD-ROM alors largement adopté et s’est vanté de ses graphismes SVGA, mais tous les jeux passent de la perspective 3D à la première personne en mode exploration et à la vue isométrique en mode combat (“vue isométrique” ou “perspective 3/4” est une façon de représenter un objet en 3D sur une surface plane ; considérez le dessin au trait d’un cube). Le système de combat est hautement tactique et basé sur le tour par tour (rappelant un jeu Goldbox de SSI). Des trois, la plupart des critiques s’accordent à dire que Realms of Arkania: Shadows over Riva est le plus excellent, et j’en dirai plus à ce sujet plus tard.

Note de RPG Jeux Video : des remakes sont sortis depuis : Realms of Arkania: Blade of Destiny en 2013 qui a été pas trop bien accueilli à cause de sortie précipitée alors que le jeu était encore bogué et Realms of Arkania: Star Trail en 2017 bien plus abouti et propre. Deux jeux qui ont été traduits par des amateurs bénévoles : Waylander pour le premier, Targus pour le second, et j’ai réalisé la relecture des deux).

D’autres jeux intéressants du début des années 1990 sont Daemonsgate d’Imagitec, Darklands de Microprose et Whale’s Voyage de Flair Software. Daemonsgate de 1992 semble être de piètre conception, et n’est remarquable que pour ses gadgets marketing inhabituels. Il souffre d’une interface épouvantable, et sa caractéristique la plus remarquable est qu’il est livré avec une cassette VHS. Cette cassette contenait une vidéo loufoque intitulée “Travis Sewerbreath” qui n’avait qu’un lien ténu avec le jeu. Daemonsgate comportait également un “système de conversation” censé comprendre plus de 70 000 mots (peu de critiques ont cru à la notice publicitaire sur la boîte du jeu).

Si Daemonsgate n’est que battage publicitaire et sans substance, Darklands, un CRPG méticuleusement historique situé dans l’Allemagne médiévale, n’est que substance sans battage publicitaire. En effet, il est indûment obscur malgré son étonnante attention aux détails. Par exemple, non seulement le jeu comprend des armes et des armures historiquement exactes, mais même les poids et l’efficacité relative sont intégrés au jeu. Le monde du jeu est énorme, avec plus de 90 villes et villages allemands, tous avec des noms de lieux historiquement exacts.

Le but du jeu est simplement de gagner de la gloire et la fortune, il est assez ouvert et évite de nombreux clichés de D&D éculés. La magie, par exemple, est basée sur l’art ancien de l’alchimie et est assez complexe, et les clercs peuvent faire appel à 140 saints différents, chacun ayant une personnalité unique.

De nombreux joueurs ont apprécié son système intelligent de génération de personnages, qui consiste à ajouter des années à l’âge de départ au personnage en échange de précieuses compétences. Malheureusement, le code du jeu était truffé de bogues et les joueurs trouvaient le système de sauvegarde au mieux irritant. Néanmoins, ce jeu reste un classique culte, avec un public peu nombreux mais très fidèle.

Darklands |  RPG Jeuxvidéo
Darklands est le CRPG le plus précis et le plus détaillé historiquement jamais conçu.

NOTE de RPG Jeux Vidéo : Et parmi les jeux réalistes, si on parlait de Kingdom Come Deliverance ?! Un CRPG médiéval très fidèle historiquement, qui se déroule au début du xve siècle dans le royaume de Bohême. Les lieux visités par le joueur se situent entre Sázava et Rataje nad Sázavou, dont les développeurs du studio de Warhorse Studios ont reconstitués les bâtiments.

Whale’s Voyage est peut-être mieux décrit comme une combinaison du jeu épique de commerce spatial Elite de Firebird et de Eye of the Beholder de SSI, et rappelle vaguement les séries Starflight (1986, 1989) et Sentinel Worlds (1989) de Binary System, qui ont connu un succès bien plus grand. Whale’s Voyage n’a pas été bien accueilli par les critiques, dont beaucoup l’ont critiqué pour son système de contrôle lourdingue, qui nécessitait des douzaines de clics de souris juste pour faire attaquer l’un des quatre personnages du joueur.

Le jeu propose une méthode unique de génération de personnages qui fait appel à l’eugénisme et à la manipulation de l’ADN. Après avoir choisi un groupe de parents approprié, les joueurs peuvent “muter” l’ADN de leurs personnages en échange de meilleures statistiques. Le compromis, cependant, est une plus grande sensibilité aux maladies. Les joueurs peuvent également choisir les écoles et les universités que fréquentent leurs personnages. En tout état de cause, le jeu n’a pas été un succès et bien qu’une suite soit sortie en Allemagne, une version anglaise n’est jamais arrivée sur les côtes américaines.

Puisque nous parlons de tomates pourries, nous devrions probablement mentionner Spelljammer : Pirates of Realmspace de Cybertech, qui a presque certainement contribué à la chute de son éditeur SSI. Bien que l’univers Spelljammer de TSR ait connu le succès auprès des joueurs de jeux de rôle sur table, l’effort de Cybertech pour amener le monde sur DOS a échoué lamentablement. Outre des graphismes médiocres et l’absence d’une bonne intrigue, le jeu n’a pas été correctement testé et a frustré les joueurs avec un code infesté de bogues.

Lire la partie 3.

Image |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Tests et avis

Aperçu

0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x