mardi, octobre 19, 2021

L’histoire des jeux de rôle sur ordinateur # 3 – Partie 3 : Platine et Age Moderne (1994-2004)

Relire la partie 2.

Ultima et Ultima Underworld : Qui est le Dungeon Master maintenant ?

Nous avons vu dans la partie 2 comment le Dungeon Master de FTL a représenté une percée significative pour les CRPG 3D. Bien qu’il y ait eu auparavant de nombreux autres CRPG 3D à la première personne (y compris le jeu en temps réel Dungeons of Daggorath), les jeux au tour par tour étaient de loin les plus nombreux. Cependant, même si Dungeon Master a été le jeu le plus vendu de tous les temps pour la plateforme Atari ST, et a remporté un succès remarquable sur d’autres plateformes comme le Commodore Amiga, de nombreux joueurs et développeurs semblaient réticents à prendre le train en marche avec de la 3D en temps réel.

Le premier grand développeur à l’avoir fait de manière significative a été Westwood Associates, qui a développé une série extrêmement réussie appelée The Eye of the Beholder, publiée par SSI (leurs jeux dits “Black Box”). Cependant, bien que ces jeux se déroulent en temps réel, le mouvement n’était pas fluide, mais discontinu. Par exemple, si votre groupe tournait à gauche, la perspective se déplaçait instantanément de 90 degrés, en passant directement plutôt qu’en faisant un mouvement vers le nouveau point de vue.

Néanmoins, de nombreux clones de Dungeon Master ont été publiés au début des années 1990, comme Black Crypt de Raven Software, Abandoned Places : A Time for Heroes d’ArtGame, et Ishar : Legend of the Fortress de Silmaris (tous en 1992), un jeu très soigné qui a connu un succès suffisant pour donner naissance à deux suites (Messengers of Doom en 1993 et The Seven Gates of Infinity en 1994).

Un autre jeu populaire de cette période est le jeu Lands of Lore : The Throne of Chaos, développé par Westwood Studio, la même société qui a produit Eye of the Beholder, et édité par Virgin Interactive. Throne of Chaos était réputé pour ses excellents graphismes, sa musique et son interface ; Westwood était un fabricant expérimenté de CRPG au sommet de leur art. Westwood a développé deux suites, Lands of Lore : Guardians of Destiny (1997) et Lands of Lore III (1999), dont nous parlerons plus tard.

Lands of Lore |  RPG Jeuxvidéo
La série Lands of Lore se distingue de la plupart des CRPG de l’époque par ses graphismes mignons et dynamiques et de l’humour.

Ultima Underworld: The Stygian Abyss d’Origin a été le premier CRPG 3D à obtenir enfin un mouvement fluide de la caméra (et aurait inspiré le célèbre moteur de tir à la première personne d’ID Software). Développé par Blue Sky Productions (devenu plus tard Looking Glass Technologies), Ultima Underworld: The Stygian Abyss est un spin-off de la célèbre série Ultima d’Origin, mais son gameplay est plus axé sur les réflexes physiques rapides que ses prédécesseurs.

A la base, il semble qu’Origin ait tenté d’imiter Dungeon Master. On est installé au fond d’un donjon, et l’Avatar doit constamment chercher de la nourriture et des sources de lumière (par exemple, des torches). Même le système magique est similaire ; les sorts sont jetés en arrangeant des séquences de “pierres runiques” que l’on trouve éparpillées dans le donjon. Cependant, contrairement à Dungeon Master, Ultima Underworld se caractérise par un mouvement fluide en 3D. Les joueurs peuvent non seulement tourner à gauche et à droite en douceur, mais aussi regarder en haut et en bas, monter et même nager.

Les joueurs ont également un contrôle plus direct pendant les combats : le type d’attaque (slash, stab, hack) est indiqué par la position du pointeur de la souris, et la force par la durée pendant laquelle le joueur maintient le bouton de la souris enfoncé. De nombreux joueurs et critiques ont fait valoir que ces innovations rendaient le jeu plus réaliste et donc plus immersif, comme si les joueurs étaient réellement dans le jeu plutôt que de le contrôler simplement à distance.

Une autre caractéristique intéressante était une “carte”, qui non seulement suivait les mouvements mais permettait aux joueurs d’entrer des notes. En tout cas, il n’est pas nécessaire d’être historien du jeu pour voir comment ce jeu a ouvert la voie à la série des the Elder Scrolls.

Ultima Underworld Combat |  RPG Jeuxvidéo
La série Underworld était en avance sur son temps, mais ce n’est pas toujours une bonne chose. Quelle est le degré d’immersion nécessaire pour tuer des rats avec une hachette ?

NOTE de RPG Jeux Vidéo : Un gros dossier pour tout savoir sur Ultima Underworld vous attend via ce lien.

L’histoire est assez simple. L’Avatar s’est retrouvé en Britannia juste à temps pour voir une créature enlever la fille d’un baron dans un sac. Naturellement, les gardes soupçonnent l’Avatar d’être un complice. Heureusement, il a été épargné, mais à la condition qu’il entre dans un donjon redoutable appelé le “Great Stygian Abyss”, et qu’il revienne avec la fille du baron.

Très vite, l’Avatar rencontre des survivants d’une colonie en déclin, et finit par apprendre que l’enlèvement n’est qu’une partie d’un complot bien plus sinistre. C’est une bonne histoire qui fait que le jeu est plus qu’un simple exploit de codage en 3D.

LORS DE LA CONCEPTION DE THE UNDERWORLD SYSTEM, NOUS AVONS NOTAMMENT TENTÉ DE FUSIONNER LES ÉLÉMENTS TRADITIONNELS DES RPG FANTASTIQUES, TELS QUE LES QUÊTES, LES COMBATS ET LES EXPLORATIONS, AVEC UNE SIMULATION TRIDIMENSIONNELLE SOPHISTIQUÉE D’UN MONDE SENSIBLE ET CRÉDIBLE. – FROM THE ULTIMA UNDERWORLD II – MANUEL.

Origin a poursuivi en 1993 avec une suite nommée Ultima Underworld II: Labyrinth of Worlds. Cette suite n’a guère apporté d’innovations autres que la mise en place d’effets sonores numériques et d’un angle de vision élargi. Le scénario est également plus complexe et plus proche de la série principale Ultima. Un large dôme indestructible s’est formé au-dessus du château de Lord British, isolant la terre de Britannia de ses principaux ennemis. Heureusement, l’Avatar peut utiliser un cristal plus petit pour voyager dans huit dimensions différentes à la recherche d’une solution au dilemme. C’est un jeu énorme, et les dimensions alternatives permettent de nombreux scénarios intrigants, tels qu’une forteresse flottant dans le ciel, les Pics du Carnage, ou encore  l’Ethereal Void.

Étonnamment, la série Ultima Underworld n’est pas aussi connue aujourd’hui que les jeux plus récents de ce type, comme la série Elder Scrolls. La raison principale en est peut-être que ces jeux exigeaient plus de puissance informatique que ce que la plupart des joueurs sur PC pouvaient se permettre en 1992. Il est rare qu’un long retard de production ait pu se traduire par de meilleures ventes.

Ultima Underworld: The Stygian Abyss est sorti sur la Playstation 1 de Sony en 1997 et a été porté sur Windows Mobile par Zio Interactive en 2002.

NOTE de RPG Jeux Vidéo : Un gros dossier pour tout savoir sur Ultima Underworld II vous attend via ce lien.

Lire la partie 4.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Tests et avis

Aperçu

0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x