dimanche, septembre 26, 2021

L’histoire des JDR sur ordinateur #2 – Partie 8 : L’âge d’or (1985-1993)

Relire la partie 7

Hors des Swords and Sorcery : les CRPG non Fantasy

Avant d’aborder des classiques du CRPG aussi importants que Dungeon Master de FTL et les titres Ultima et Wizardry, nous devrions jeter un coup d’œil à certains CRPG qui s’écartent des classiques “Swords and Sorcery” qui dominent le genre. Nous en avons déjà mentionné quelques-uns en passant, comme 50 Mission Crush de SSI, qui se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, les jeux Buck Rogers et la série Ultima, qui comportait de nombreux éléments de science-fiction ainsi que de la fantaisie. Un autre jeu qui mérite d’être mentionné est Expedition Amazon (1983).

Expedition Amazon sur Apple II

Bien qu’il souffre de quelques défauts de conception assez sérieux, Expedition Amazon a exploré de nouvelles possibilités pour le CRPG. Situé à l’époque moderne, le but d’Expedition Amazon est de guider une équipe de quatre explorateurs (médecin, assistant de terrain, opérateur radio et garde) dans l’étude d’anciennes ruines inca. Au lieu des dragons et des orques, les joueurs se battent contre des indigènes récalcitrants et des moustiques porteurs de malaria. Cependant, le jeu n’a pas été un succès et on peut difficilement dire qu’il ait eu une grande influence sur le genre CRPG. Heureusement, d’autres développeurs de CRPG ont voulu essayer de faire sortir le CRPG du Moyen-Âge.

Alternate-Reality-atari
Alternate Reality (Atari 8-Bit). Une interface et d’innombrables fonctionnalités innovantes font de ce CRPG sur le thème de la science-fiction un classique
220px Alternate Reality The City Coverart |  RPG Jeuxvidéo
Alternate Reality: The City, couverture du jeu.

En 1985, Datasoft a publié Alternate Reality: The City de Philip Price, le premier d’une série de cinq jeux basés sur le même principe : des extraterrestres enlèvent le personnage et le transportent vers différentes “réalités”.

Même si seulement deux des jeux ont été publiés (la deuxième partie, The Dungeon, est apparue en 1987), la série conserve un statut culte, notamment parmi les fans des ordinateurs Atari 8 bits (dont elle est issue). Atari Age organise même une compétition pour le jeu qui se déroule toujours aussi bien !

Les jeux sont en perspective à la première personne, avec de beaux graphismes, et sont à bien des égards très en avance sur leur temps. Les deux jeux, The City et The Dungeon, sont tous deux situés dans des mondes médiévaux, de sorte que la plupart des conventions standard de la fantaisie s’appliquent toujours (mages, nains, etc.). Cependant, Alternate Reality est plus réaliste que la plupart des CRPG de son époque – l’avatar a soif, a faim et se fatigue.

La seule façon de résoudre ces problèmes (et d’obtenir un meilleur équipement) est de réunir des capitaux. Heureusement, les joueurs peuvent stocker leur argent et gagner des intérêts dans les banques, bien que les plans d’investissement vraiment rentables soient risqués. Même les trésors n’étaient pas toujours bons ; de nombreux objets étaient maudits et avaient des effets désastreux pour les joueurs imprudents.

Et, comme si tout cela ne suffisait pas, il pleut souvent, ce qui fait apparemment ressortir les habitants vraiment dangereux de Xebec’s Demise. Les joueurs frustrés (ou malfaisants) sont libres de s’attaquer aux innocents. Quoi qu’il en soit, le haut degré de réalisme et de complexité fait de Alternate Reality l’un des défis les plus importants de tous les CRPG. Des informations sur les téléchargements et les émulateurs sont disponibles ici.

250px Star Saga One |  RPG Jeuxvidéo
Star saga, épisode un : couverture.

Une autre série inachevée est Star Saga, un jeu très innovant développé par Masterplay et publié par Electronic Arts. Star Saga devait être une trilogie, mais seuls deux jeux ont été réalisés. Star Saga est intéressant en raison de son effort déterminé pour imiter plus étroitement les jeux de rôle sur table (il serait basé sur un jeu de table appelé Rekon).

L’approche consistait à intégrer fortement des éléments extra-jeu, comme une importante collection de textes imprimés (“textlets”) et même un plateau de jeu et des pièces. L’idée était que les joueurs puissent enrichir leur expérience de jeu sur ordinateur en se référant à ces matériaux pendant les sessions de jeu, par exemple en déplaçant les jetons sur la carte. Tout ce qui apparaît à l’écran est un texte décrivant la situation actuelle et les effets des actions des joueurs.

Star Saga sur dos en 1987

Star Saga est destiné à être joué par plusieurs joueurs (jusqu’à six), et chaque joueur a un rôle et un ensemble de tâches uniques. À bien des égards, le jeu fonctionne comme un “maître de donjon” robotisé, et l’action réelle se déroule sur la table. Il est évident que le jeu ne peut pas être joué correctement via un émulateur, donc toute personne intéressée par ce jeu devrait trouver une copie originale avec tous les documents imprimés inclus – un rêve de collectionneur. Au dire de tous, l’écriture est excellente et l’histoire tout simplement fascinante.

“STAR SAGA EST PROBABLEMENT L’EXPÉRIENCE DE JEU DE RÔLE LA PLUS UNIQUE ET LA MIEUX ÉCRITE À CE JOUR DANS UN JEU VIDÉO. ELLE RÉSISTERA ÉGALEMENT À TOUT JEU DE RÔLE HUMAIN MAÎTRISÉ SUR LE MARCHÉ” – WILLIAM “BIFF” KRITZEN IN COMPUTER GAMING WORLD, AOÛT 1988.

Par ailleurs, l’un de mes jeux de rôle préférés du milieu des années 1980 sur le thème de la science-fiction est Alien Fires : 2199 AD de Jagware, un jeu très obscur à la première personne avec un seul personnage, qui a vu le jour sur le Commodore Amiga (1986), mais qui a ensuite été porté sur l’Atari ST et le MS-DOS. Presque personne ne parle de ce jeu aujourd’hui, et je n’ai pas pu trouver d’autre version que la version DOS, graphiquement défectueuse, en ligne.

Néanmoins, je trouve sa prémisse intéressante (vous jouez en tant que Seigneur du Temps qui doit empêcher un certain Dr Kurtz de voyager dans le temps pour voir le Big Bang). Le jeu est rapide et difficile, et implique pas mal d’interactions avec une distribution de personnages assez bizarre et colorée (principalement des extraterrestres).

Alien Fires : 2199 AD sur dos

De plus, la bande-son numérisée de la version Amiga est absolument hypnotique, et la décision d’utiliser le synthétiseur vocal intégré de l’Amiga ajoute au jeu une sensation psychédélique nettement “extraterrestre”. Alien Fires: 2199 AD est un jeu excentrique et extrêmement difficile, et l’absence d’une bonne option de sauvegarde aggrave le problème de manière exponentielle. Je ne le recommanderais certainement pas à tout le monde, mais je n’ai jamais joué à un autre jeu qui avait la même ambiance d’outre-monde. Essayez de trouver la version Amiga si vous êtes déterminé à essayer ce jeu vous-même.

Alien Fires 2199 A.D. sur Amiga : La version Amiga a les meilleurs graphiques, mais le portage DOS
a une interface plus conviviale.

Après le fantastique et la science-fiction, le genre le plus populaire pour les CRPG est la fiction post-apocalyptique. En général, ce genre s’intéresse à l’avenir de la civilisation après un holocauste nucléaire (ou un autre type de catastrophe mondiale). Le genre a été populaire dans les livres et les films, tels que Mad Max (1979), Damnation Alley (1977) et Death Race 2000 (1975). Si je mentionne ces films en particulier, c’est parce qu’ils semblent avoir eu une forte influence sur les développeurs des premiers CRPG post-apocalyptiques, comme Autoduel (1985), qui était lui-même basé sur un jeu de Steve Jackson appelé Car Wars (1980).

Dans Autoduel, le but n’est pas de tuer des dragons, mais plutôt de construire le véhicule le plus mortel sur la route. Pour atteindre ce but, il faut de la prévoyance, de la chance et des réflexes rapides. Imaginez un croisement entre le jeu d’arcade de Bally Midway, Spy Hunter, et Ultima. Au lieu de la force, de la dextérité et de la constitution, les personnages se voient attribuer des points pour leurs compétences de conduite, leur adresse au tir et leur mécanique.

Autoduel sur Dos en 1985.

Autoduel est également connu pour être l’un des premiers jeux informatiques “ouverts” (même si, bien sûr, les “roguelike” de l’ordinateur central étaient bien plus anciens à cet égard, et Elite de Firebird (1984) sorti un an plus tôt. En tout cas, c’est au joueur de décider quels sont les objectifs qui valent la peine d’être poursuivis et comment il doit s’y prendre pour les atteindre. Les joueurs sont encouragés à faire des expériences. Par exemple, le joueur pourrait s’en tenir à des missions de “transport”, en risquant sa vie sur les routes meurtrières.

Autoduel apple2 |  RPG Jeuxvidéo

Autoduel (Apple II). Quoi que vous fassiez, ne dites pas “mignon”.

D’autres joueurs peuvent préférer gagner de l’argent dans l’arène, ou s’engager dans un peu de justice d’autodéfense – ou même devenir un hors-la-loi. De même, les joueurs peuvent construire des voitures rapides et très maniables, ou des blindés sur roues.

À bien des égards, ce qui est agréable dans Autoduel, ce n’est pas tant de faire partie d’une histoire ou d’accomplir une quête, mais plutôt d’acquérir une expertise de la logique et des possibilités créatives du jeu. Oh, et si tout cela vous semble familier, à vous les fans de Grand Theft Auto, ne vous excitez pas trop : il n’y a pas de “Hot Coffee Mod” dans Autoduel. Ou il y en a un ?

Autoduel a été un jeu très populaire et réussi malgré ses graphismes simples, et d’autres jeux suivront sa trajectoire. Scavengers of the Mutant World d’Interstel, sorti en 1988 pour MS-DOS, fait écho au concept de terrain vague et de construction de véhicules nucléaires. Cependant, cette fois, le seul but est de s’échapper vers une zone exempte de radiations, en tuant tout ce qui se met en travers de son chemin. Bien que le jeu ait eu quelques bonnes idées (utiliser de vieux panneaux d’autoroute comme boucliers, par exemple), des graphismes terribles et un gameplay répétitif l’ont empêché de remporter un grand succès.

De plus, les monstres devenaient de plus en plus coriaces au fur et à mesure que le groupe gagnait en expérience – et finissaient par devenir si forts que le joueur n’avait pas d’autre choix que de créer une toute nouvelle équipe et de recommencer une partie. Bref, il y a ici plus de désastres que celui qui sert de base au jeu.

En 1987, Origin a publié un autre jeu post-apocalyptique se déroulant dans un futur lointain, appelé 2400 A.D. L’histoire ici est que des robots extraterrestres appelés les Tzorg ont envahi le monde de Metropolis et doivent être arrêtés. Le joueur joue le rôle d’un rebelle et doit trouver un moyen de faire tomber le contrôle central des robots (peut-être que le développeur, Chuck Bueche, s’est inspiré du film de 1984, The Terminator ?). Au lieu d’épées longues et de cottes de mailles, les joueurs doivent jouer avec une foule de gadgets curieux, comme un holoprojecteur qui projette un hologramme du personnage pour tromper les robots, et un jetpack pour faciliter les déplacements.

Tout cela forme un jeu très créatif qui aurait dû avoir beaucoup plus de succès. Malheureusement, certains problèmes juridiques ont empêché la sortie du jeu sur le C-64, et apparemment le jeu a fait un flop sur l’Apple II. Par ailleurs, on attribue souvent le portage sur C-64 à John Romero, développeur de Doom, bien que son implication fasse l’objet d’une certaine controverse.

Lire la partie 9.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.

1 COMMENTAIRE

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Relire la partie 8 […]

Tests et avis

Aperçu

1
0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x