mercredi, août 4, 2021

L’histoire des jeux de rôle sur ordinateur # 3 – Partie 24 : Platine et Age Moderne (1994-2004)

Relire la partie 23.

Les autres jeux de l’âge du platine sous licence TSR

dVU7CcdSA6nJcIH7Tk9jTtRoynI |  RPG Jeuxvidéo
Couverture de la boîte

Bien que les jeux de cette époque, de loin les plus populaires sous licence TSR, aient été basés sur le moteur Infinity de BioWare, il y avait d’autres prétendants : Pool of Radiance : Ruins of Myth Drannor de Stormfront Studio (2001) et Le Temple du mal élémentaire de Troika (2003) . Aucun de ces deux jeux n’a connu un grand succès, bien que le dernier ait au moins atteint une certaine notoriété en étant le premier jeu informatique à permettre aux homosexuels de se marier.

Pool of Radiance : Ruins of Myth Drannor, publié par Ubisoft, est peut-être le jeu le plus décevant de l’histoire du CRPG. C’est l’un de ces jeux dont la médiocrité est difficile à décrire aux non-initiés, qui penseront que le critique a une certaine rancune ou une motivation personnelle pour lancer un torrent de vitriol enflammé.

Il ne fait aucun doute qu’une partie de mon dégoût pour ce jeu provient de son titre, qui représente une tentative effrontée d’attirer les fans imprudents du légendaire jeu Gold Box vers cette parodie peu inspirée, insipide et carrément injouable. En effet, mon mépris pour ce jeu m’a poussé à l’omettre entièrement de mon histoire. J’avais entendu parler du jeu des mois avant sa sortie, et j’ai compté les jours avant de pouvoir réintégrer Phlan et défier Tyranthraxus une fois de plus.

|  RPG Jeuxvidéo
Dos de la boîte

Qu’est-ce qui rend Pool of Radiance : Ruins of Myth Drannor si terrible ? Outre le fait qu’il est totalement ennuyeux pour tout le monde sauf une infime partie du monde du jeu, les essaims de bugs (le jeu a en fait reformaté les disques durs de certains joueurs !), et les batailles fatigantes et répétitives car c’est l’un des jeux les plus lents au sens littéral du terme.

Les combats au tour par tour deviennent rapidement une agonie alors que les personnages et la mer infinie de squelettes se mettent en place de façon léthargique. Les squelettes ont l’air aussi vivants que le joueur ! J’ai été assez frustré pour télécharger un hack pour accélérer les combats, ce qui a apaisé ma frustration, mais je ne peux que blâmer ma volonté de terminer ce jeu comme preuve de tendances masochistes.

J’accorde par la présente que Pool of Radiance : Ruins of Myth Drannor a la distinction d’être le pire CRPG de tous les temps. Plus important encore, c’est une grave insulte à l’héritage de son homonyme, et je ne peux qu’espérer que tout joueur assez malchanceux pour jouer à ce jeu en premier se fera une faveur en jouant à l’original. Même si l’ancien jeu a des graphismes et une interface “obsolètes”, il présente un avantage essentiel par rapport à ce dernier : il est amusant.

Le Temple du mal élémentaire de Troika est un bien meilleur jeu, et a certainement été conçu en pensant au joueur de CRPG à l’ancienne. Troika s’était distingué en 2001 avec le chef-d’œuvre steampunk Arcanum, mais Le Temple du mal élémentaire s’est avéré trop “hardcore” pour les joueurs sevrés de Diablo et même de Baldur’s Gate.

VCW4lgk npnrjBcRqOUOECMF3s |  RPG Jeuxvidéo
Le Temple du mal élémentaire

Tout comme Pool of Radiance : Ruins of Myth Drannor, Le Temple du mal élémentaire est un jeu basé sur un groupe qui se déroule à la troisième personne en perspective isométrique et qui propose des combats au tour par tour plutôt qu’en temps réel. Bien qu’il souffre d’une interface quelque peu encombrante, le rythme est bien meilleur et les combats sont suffisamment sophistiqués et stimulants pour que les joueurs restent sur le qui-vive.

Malheureusement, le jeu est truffé de bugs, et l’absence d’un scénario vraiment captivant et de personnages intéressants l’a tenu à l’écart des projecteurs. En effet, même le revirement surprenant consistant à permettre à deux personnages masculins de se marier (voir mon article précédent, Les personnages gays dans les jeux vidéo) n’a pas réussi à attirer beaucoup l’attention sur ce titre.

Il est évident que n’importe quel développeur n’a pas ce qu’il faut pour produire un CRPG exceptionnel à partir d’une licence TSR. Pour réussir, il ne suffit pas d’avoir un moteur exceptionnel ; il faut aussi un talent particulier pour créer une histoire convaincante qui donne un sens aux actions du joueur. Les meilleurs jeux (Curse of the Azure Bonds, Baldur’s Gate II, Planescape : Torment) offrent de bien meilleures récompenses que les seuls points d’expérience et pièces d’or.

Ils attirent le joueur, lui font perdre des jours de sa vie et le laissent désespérément sur sa faim. D’autre part, des jeux comme Descent to Undermountain et Ruins of Myth Drannor démontrent que ces licences ne valent rien sans une équipe solide derrière elles.

Lire la partie 25.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Autres news

0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x