dimanche, septembre 26, 2021

L’histoire des jeux de rôle sur ordinateur # 3 – Partie 7 : Platine et Age Moderne (1994-2004)

Relire la partie 6.

Les Forgettable Realms de SSI

Si la série Ultima montrait son âge en 1999, SSI était entré dans une spirale descendante beaucoup plus raide en 1993. Bien que l’éditeur et le développeur aient triomphé pendant l’âge d’or avec leurs titres “Gold Box” et “Black Box” sous licence TSR, des jeux peu impressionnants comme Spelljammer : Pirates of Realmspace ont fait fuir les fans en masse.

Néanmoins, SSI a continué à fonctionner pendant plusieurs années encore, même s’il a fini par se recentrer sur les jeux de stratégie avant d’entrer officiellement dans le dossier “Où sont-ils maintenant ?”

SSI a développé et publié d’autres titres sous licence de TSR après l’époque des Gold Box et des Black Box, mais aucun ne semblait inspirer le respect de leurs jeux précédents. En 1993, SSI a publié Dark Sun : Shattered Lands, un CRPG en vue de haut basé sur la campagne post-apocalyptique Dark Sun de TSR. Malgré une interface intuitive et un cadre intriguant, les graphismes médiocres du jeu, les animations saccadées, les fautes de frappe et le code buggé l’ont maintenu hors de la lumière.

Spelljammer |  RPG Jeuxvidéo
Les Pirates of Realmspace ont initié les joueurs au “steampunk”, mais personne n’y a prêté beaucoup d’attention.

SSI a publié une suite intitulée Dark Sun: Wake of the Ravager en 1994, mais même si les graphismes ont été améliorés, les bugs sont de retour. L’un d’entre eux, particulièrement mauvais, a rapidement été surnommé “Le Bug” parmi les nombreux joueurs qui l’ont rencontré. Le Bug empêchait soudainement les monstres d’attaquer l’avatar, faisant du jeu une promenade de santé plutôt que l’expérience intense qu’il était censé être.

Bien que de tels bugs seraient assez facilement traités aujourd’hui par des patchs téléchargeables, une telle pratique n’était pas très répandue au début des années 1990. Si vous aviez la malchance d’acheter une version antérieure du jeu, il vous suffisait de vivre avec les bugs.

Dark%20Sun |  RPG Jeuxvidéo
L’action se déroule dans l’un des lieux les moins connus de la campagne de TSR, Dark Sun : Shattered Lands n’a battu aucun record.

SSI a également publié des jeux basés sur la campagne horrifique Ravenloft de TSR. Le premier de ces jeux, Ravenloft : Strahd’s Possession, a été développé par DreamForge et publié en 1994. Comme Ultima Underworld, Ravenloft : Strahd’s Possession est un jeu en 3D à la première personne, avec un mouvement fluide, bien qu’un mode “pas à pas” soit disponible. Une suite nommée Ravenloft: Stone Prophet (ou Ravenloft II: Stone Prophet) est apparue en 1995, offrant des graphismes améliorés et quelques nouvelles capacités comme le vol et la lévitation.

Ces deux jeux sont basés sur des thèmes “gothiques” et semblaient destinés à profiter de l’engouement pour les vampires suscité par Entretien avec un vampire de Neil Jordan, qui a fait salle comble en novembre 1994. Il est un peu difficile de déterminer pourquoi ces jeux n’ont pas reçu plus de reconnaissance. Peut-être ont-ils été damnés par les faibles éloges des critiques, qui n’ont rien trouvé de particulièrement bon ou mauvais dans la série. En tout cas, ces jeux sont sûrement meilleurs que Iron and Blood: Warriors of Ravenloft de Take-Two Interactive un jeu de combat vraiment pourri publié par Acclaim en 1996 sur DOS et la PlayStation de Sony.

Le dernier jeu publié par SSI sous licence de TSR était le tristement célèbre (et difficile à épeler) Menzoberranzan, qui est apparu en 1994 sur DOS. Autre jeu à la première personne, en 3D, dans le style des jeux Ravenloft, Menzoberranzan semblait avoir tous les ingrédients nécessaires à un succès. Il mettait en scène l’un des personnages les plus célèbres de TSR, Drizzt Do’Urden, un elfe noir des Royaumes oubliés popularisé par le romancier R.A. Salvatore. De plus, le développeur (Dreamforge) avait répondu à des critiques antérieures et amélioré considérablement le moteur du jeu.

Néanmoins, les joueurs se sont rapidement plaints du nombre incalculable de combats ennuyeux qui ont fait traîner le jeu et ont gâché son rythme. Cela se remarque particulièrement dans les premières étapes cruciales du jeu ; Le jeu exige une patience considérable avant qu’il ne se passe quoi que ce soit d’intéressant.

L’absence de grosses ventes pour ces jeux, et les deux titres d’action lamentables de SSI sur console, Slayer (1994) et Deathkeep (1995), ont sans doute été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de l’accord de licence lucratif de SSI avec TSR. TSR a décidé d’éviter les licences exclusives et a étendu la franchise à plusieurs sociétés rivales, notamment Interplay, qui a publié avec Black Isle Studios le jeu Baldur’s Gate de BioWare en 1998. Je parlerai de certains de ces jeux dans un instant.

SSI a également publié plusieurs autres CRPG à cette époque, principalement développés par Event Horizon (plus tard Dreamforge). Il s’agit notamment de The Summoning (1992) et de Veil of Darkness (1993), deux jeux isométriques qui ont de nouveau reçu les éloges des joueurs et des critiques.

SSI a sorti Alien Logic en 1994, un jeu isométrique développé par Ceridus Software et basé sur le jeu de rôle papier Skyrealms of Jorune. Bien qu’il ait été félicité pour son principe et son gameplay innovants, les critiques se sont plaints de la procédure d’installation difficile et de la courbe d’apprentissage abrupte de l’interface du jeu, et le jeu a disparu dans les oubliettes.

En 1995, SSI a développé World of Aden : Thunderscape et a co-développé, avec Cyberlore, Entomorph : Plague of the Darkfall. Ces deux jeux sont basés sur un monde similaire à celui que l’on trouve plus tard dans l’Arcanum de Troika Games ; il s’agit d’un croisement improbable de la magie et de la technologie, propre aux mondes steampunk. Le premier jeu se déroule à la première personne, mais le second revient à la vue isométrique habituelle.

Malheureusement pour SSI, ces jeux bien conçus et très jouables semblent avoir suscité peu d’intérêt de la part des fans de CRPG, à l’époque comme aujourd’hui.

Veil of Darkness |  RPG Jeuxvidéo
S’agit-il d’un CRPG ou d’un jeu d’aventure ? Fermez-la et tuez le vampire.

L’histoire de la lente mais constante disparition de SSI peut probablement se résumer en une phrase : La mort par la médiocrité. La société ne pouvait tout simplement pas développer ou publier un autre chef-d’œuvre comme Pool of Radiance ou Eye of the Beholder.

Des jeux comme Menzoberranzan et Shattered Lands n’avaient tout simplement pas le charme des jeux de sociétés rivales, et des graphismes encore meilleurs et des interfaces mises à jour ne pouvaient pas dissimuler le vieux moteur sous le capot. Le codage bâclé et les tests de jeu ont cloué le cercueil.

Arcanum |  RPG Jeuxvidéo
Ne vous laissez pas tromper par le business de “l’Anneau” – le chef-d’œuvre “steampunk” d’Arcanum est loin du stéréotype du CRPG inspiré par Tolkien.

Lire la partie 8.

RPG jeux video killpower |  RPG Jeuxvidéo
Killpower
Joueur depuis très longtemps. Testeur et rédacteur depuis 1999 de RPG, même les pires. Relecteur de nombreux RPG traduits bénévolement.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Tests et avis

Aperçu

0
Envie de laisser un commentaire ? x
()
x